Le sourire du mardi,
18 janvier 2022


Eric Zemmour, on le sait, a créé un nouveau parti nommé « Reconquête ».
Un nom qui fait clairement référence à la « Reconquista » espagnole, nom donné à la période du Moyen-Âge espagnol correspondant à la restauration d’un royaume chrétien au cours d’un long processus de plusieurs siècles, jusqu’à la conquête de Grenade par la Castille en 1492. Alors disparut le dernier émirat islamique présent, mettant un terme à une occupation arabo-musulmane qui débuta en l’an 711.
On sait parfaitement pourquoi ce nom a été choisi : dans le discours zemmourien, la présence de plusieurs millions de musulmans en France résulte d’une « conquête » et non d’un processus migratoire, lié à diverses raisons (immigration économique, regroupement familial, venue de migrants réfugiés, etc.). Si donc il y a eu « conquête » il faut qu’il y ait « reconquête », y compris – même si ce n’est pas avoué clairement – par la force et au final l’expulsion massive.
Je me permets aussi de dire pourquoi, au-delà du grotesque de cette illustration, cette « Reconquista » proposée en plein 21ème siècle me parle douloureusement. Mon patronyme, d’origine espagnole – Corcos est un petit village de la Castille – raconte aussi une page d’Histoire : celle de l’expulsion massive des juifs d’Espagne, précisément à partir de 1492 et avant que ne vienne le tour des musulmans. Tout, dans les postures et paroles de Zemmour raconte une France « de sang purement chrétien », où toute présence d’autres religions minoritaires serait oblitérée, les contraignant a minima à raser les murs. Et c’est cette réalité horrible qu’annonce aussi ce photomontage.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x