Ariane Chemin : Eric Zemmour, un si long aveuglement


Journaliste et essayiste, Ariane Chemin est une des meilleures plumes du journal « Le Monde ». Elle évoque, dans l’extrait d’émission que vous pourrez voir ci-dessous, le long aveuglement des journalistes vis-à-vis de leur ex-confrère, aujourd’hui candidat à l’élection présidentielle.

Cela fait longtemps qu’elle s’intéresse au « cas » Eric Zemmour, personnage que l’on « découvre » aujourd’hui comme inquiétant, brutal, soutenu par le pire de l’ultra-droite ; mais qui pendant longtemps, protégé par beaucoup, a pu mener une carrière brillante dans les grands médias, alternant émissions régulières, « talk-shows », articles de presse et livres à fort tirages.

Son livre publié en 2014,  « Le suicide français » n’avait causé aucun scandale à l’époque, et pourtant on y trouvait déjà plein de choses qui remontent à la surface aujourd’hui (éloge de Dieudonné, défense de Pétain, etc.). Ariane Chemin avait écrit à l’époque dans « Le Monde », un article extrêmement riche mais hélas réservé aux abonnés (« Et Zemmour devint Zemmour »).

Ci-dessous un extrait démontrant combien, par exemple, la complaisance d’un grand journal de droite comme « Le Figaro » existait depuis longtemps.

« Son nom est devenu plus qu’une marque : un argument de vente. Fig Mag ou Valeurs actuelles, chaque couverture consacrée au polémiste maison, un protégé du nouveau patron du Figaro, Alexis Brézet (catholique traditionnel et chantre de l’union des droites), fait merveille. Qu’il est loin, le temps où les saillies de Zemmour lui faisaient craindre la porte, comme en 2010 ! A la télé, chez Ardisson, il venait de lâcher sa fameuse phrase : « Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. C’est un fait. » Et au montage, pour doper l’audience, la production choisit d’incruster deux mots en bas de l’écran : « Zemmour dérape. » Etienne Mougeotte, le prédécesseur de Brézet, convoque le chroniqueur pour « un entretien préalable à licenciement », avant de simplement réclamer copie de la lettre d’excuses que Zemmour a adressée à la Licra. (…). »

Autre extrait, à propos de son rapport si malsain aux femmes.

« Il est de ceux (son dernier livre) qui « préfèrent prendre les femmes sans les comprendre plutôt que de les comprendre sans les prendre ». Eloge du machisme et exégèse de « l’ambiguïté du viol » chez Soral (son complice Dieudonné a choisi pour totem une quenelle), complexe de l’homme blanc chez Zemmour… Le sexe, en tout cas, obsède le trio – Soral, il y a quelques jours, se plaignait d’ailleurs sur son site de voir Zemmour s’intéresser « sept ou huit ans » après lui à ses sujets de prédilection – comme les femmes. En version soft, chez le journaliste du Fig Mag, ça donne : « Les hommes sont sommés de devenir des femmes comme les autres. Ils n’ont plus le droit de désirer. (…) Ils ne doivent plus qu’aimer. »

Jean Corcos


S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x