Démocratie en danger… d’AVC


Qu’est-ce qu’un manifeste ? Je retiendrai cette définition qu’en propose le Larousse : “Exposé théorique par lequel des écrivains, des artistes lancent un nouveau mouvement”. De cet extrait je m’attarde sur le terme “mouvement”. Celui que je tente de vous faire connaître et sur lequel j’insiste pour que vous le fassiez découvrir à votre tour, est particulièrement grave, dangereux politiquement et tout à fait récent.

Depuis longtemps nous sommes nombreux à constater que le complotisme en France — souvent d’origine étrangère mais relayé par des réseaux en langue française — et par extension le rôle des conspirationnistes, c’est-à-dire des plus actifs, est essentiellement d’extrême droite. ConspiracyWatch, qui les surveillent étroitement, en vient souvent à cette conclusion que ces activistes sont intéressées financièrement. Adeptes de lobotomie organisée, ils surfent sur un capitalisme qui ne dit pas son nom et se dissimule sous un désintéressement apparent, lequel est en réalité, d’une façon ou d’une autre, rémunérateur. Les sommes récoltées vont d’un euro par-ci par-là, comme “maître” DiVizio — dont 19.685 plaintes de ses clients viennent toutes d’être rejetées en un seul acte de la Cour de Justice de la République — ou de façon moins subtile mais tout aussi gloutonne, jusqu’à des sommes considérables, tel Rodolphe Bacquet, auteur d’une pétition contre le passe vaccinal, dont le succès est alimenté par une organisation qui vend de nombreux produits de “bien-être alternatif”.

Tracez chacune des vedettes qui ornent le fronton du temple conspirationniste français et vous mettrez à jour — tôt ou tard, souvent très rapidement, tant leur perversité est grande — de multiples conflits d’intérêts financiers. Leurs malversations deviennent visibles, lorsqu’on s’aperçoit qu’elles s’apparentent à celles qu’emploient, selon eux, les personnages désignés comme objets de complots de toutes sortes. Le renversement de situation est si absolu que c’en devient artistique de tenter de le décrire.

Quoiqu'il en soit aucun humanisme n'est le moteur de leur comportement et c'est principalement ce qui les distingue de leurs homologues de gauche.

Il s’avère tout autant que leurs imbroglios hypothétiques se mêlent d’un antisémitisme des plus virulents. C’est bien en cela que la justice se voit dans l’obligation de les poursuivre inlassablement, en employant les lois qui ont été mises en place pour protéger les catégories de personnes concernées et non pour faire obstacle à leur liberté d’expression. L’organisation QAnon — même si ce nom vous était encore inconnu, vous n’ignorez pas l’attaque du Capitole des États-Unis — pour ne citer que la plus connue et répandue, laisse fréquemment des signes, sur le parcours qu’on suit pour révéler l’origine d’articles, messages, vidéos et enregistrements en tous genres qui hantent la complosphère. On sait combien cette mouvance, qui s’exporte hors des frontières étasuniennes et revendique l’existence d’un état profond, sous-jacent de notre État républicain, est profondément antisémite, ségrégationniste, raciste, nationaliste (la l…iste est longue), ainsi que suprémaciste d’une couleur de peau particulière.

C’est donc cette engeance qui s’est approprié le monopole de la désinformation, jusqu’à l’élever au rang de paraitre en considérations incontournables.

À ce stade, ce qui devait arriver, arriva. Un jour ou l'autre, relativement à un phénomène sociétalement florissant, l'extrême gauche se devait de réclamer sa part du gâteau.

Lequel gâteau devient d’autant plus gros qu’une grosse maison d’éditions, Seuil en l’occurrence, vole à son secours en publiant “Le manifeste du conspirationniste”. Mieux que je ne saurais le faire, je laisse le soin aux déconspirateurs en chef de vous l’expliquer dans cet extrait de leur dernier numéro audiovisuel, que vous pourrez suivre en totalité grâce à ce lien.

 

Qu’adviendrait-il si les différents groupuscules qui infectent Internet faisaient cause commune et si, au comble d’une mise en danger d’AVC — Agression Verbale Caractérisée — de nos cerveaux, voire de nos consciences, déjà fortement brutalisés, elles se rassemblaient sous une seule bannière politique et candidate à l’élection présidentielle ? Ou tout au moins en recevaient une oreille attentive. Un autre scénario de politique-fiction, me direz vous. Soit ! J’en deviens faiseur.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x