Éric Zemmour : le « fasciste télévisuel » qui pense pouvoir être le prochain président de la France


Éric Zemmour : le « fasciste télévisuel » qui pense pouvoir être le prochain président de la France par  Andrew Hussey, traduction Murielle STENTZEL.

Pour ses partisans, le provocateur parisien est le sauveur de l’extrême droite française. Mais il pourrait en être le destructeur.

En 2011, Éric Zemmour, l’auteur, animateur et provocateur, a été reconnu coupable d’incitation à la haine raciale, et en 2018 coupable d’incitation à la haine contre les musulmans. Une autre affaire judiciaire est pendante à propos de sa déclaration télévisée en 2020 selon laquelle les jeunes migrants isolés n’avaient pas le droit d’être en France, qu’ils étaient “des voleurs, des meurtriers et des violeurs”.

Zemmour, 63 ans, est notoire en France mais sans aucun doute populaire. Ses livres sont des best-sellers. Le plus connu, Le Suicide Français (2014), s’est vendu à 5 000 exemplaires par jour dans les deux semaines qui ont suivi sa parution et s’est écoulé depuis à plus d’un demi-million d’exemplaires. L’argument central du livre est que la France est en déclin depuis les années 1970. La principale cause de cela, selon Zemmour, est l’influence de la génération Mai 68 et de leurs descendants, dont les idées progressistes sur la moralité, l’immigration et la liberté sexuelle ont détruit les valeurs françaises traditionnelles. Cela a conduit à la montée de la politique identitaire, que Zemmour considère comme une importation anglo-américaine corrosive en France.

L’argumentation est similaire à celle du géographe Christophe Guilluy. La différence est que Guilluy écrit de la gauche sur l’impact négatif de la politique identitaire sur les communautés ouvrières. Zemmour, d’autre part, est un partisan de l’extrême droite, définissant les valeurs françaises traditionnelles comme appartenant à la «bourgeoisie» – les classes moyennes aisées qui sont menacées par les cultures non françaises.

Zemmour prétend que les politiciens et les journalistes de gauche sont maintenant contaminés par la sacro sainte haine de soi moralisatrice du politiquement correct. Le résultat a été une déférence envers l’Islam au détriment de l’intégrité culturelle française. Sans surprise, les héros de Zemmour sont les « grands hommes » de l’histoire dont le destin était de sauver « la Grande Nation » ; il vénère surtout Napoléon Bonaparte et Charles de Gaulle.

La renommée de Zemmour est un étrange phénomène du XXIe siècle : il est une figure médiatique plutôt que le produit des tribus politiques traditionnelles qui ont dominé la vie politique française jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron en 2017. Bien qu’il soit auteur (son nouveau livre publié ce mois-ci est intitulé La France n’a pas encore dit son dernier mot) et était jusqu’à récemment un chroniqueur (il a quitté Le Figaro le 1er septembre), il est surtout connu comme présentateur de l’émission de commentaires Facing the News sur CNews, qui est décrite comme la Fox Nouvelles de France.

Zemmour est connu pour son sarcasme, son imprévisibilité, ses «  je montre du doigt « et son apparente intrépidité face à « la gauche éveillée ». Selon le journaliste Daniel Schneidermann, écrivant dans Libération, ces qualités ont fait de Zemmour France le fasciste le plus « télévisuel ». Un sondage publié en mai 2021 a rapporté que Zemmour avait amené CNews à un pic de plus d’un million de téléspectateurs, dépassant la chaîne plus traditionnelle BFMTV.

Zemmour est un utilisateur aguerri des médias sociaux, mais c’est grâce à ses apparitions à la télévision qu’il s’est attiré un culte parmi une génération de jeunes de droite connue sous le nom de « GZ » ou « Génération Z » (le « Z » est pour Zemmour) . Ses fans se sont amusés pendant les blocages pandémiques en se réunissant pour regarder Zemmour sur CNews en apéritif de début de soirée (généralement des chips et de la bière). Génération Z appelle cela « Le Zapéro », et un site Web fournit un guide des réflexions de Zemmour sur l’immigration, la politique, les affaires internationales et l’éducation.

Les rumeurs selon lesquelles il pourrait se présenter ont commencé le 28 juin, au lendemain du second tour des élections régionales françaises. Celles-ci se sont caractérisées par un taux d’abstention historique (66 %) et des résultats décevants pour le principal prétendant, Emmanuel Macron, leader de La République en marche ! (LREM), et Marine Le Pen, cheffe du Rassemblement national (RN).

Alors que les résultats des élections tombaient du jour au lendemain, jusqu’à 10 000 affiches sont soudainement apparues à travers la France sur les panneaux réservés aux partis politiques pendant les élections, avec le slogan « Zemmour Président ». Les affiches montraient une photographie de Zemmour, sobrement vêtu à la manière d’un homme d’État, et l’adresse d’un site Web l’appelant à se présenter aux élections. La responsabilité des affiches a été revendiquée par un groupe de ses partisans, « Les Amis d’Éric Zemmour », et célébrée par les militants de Génération Z. L’élan de Zemmour pour entrer en politique s’est accru : il semble désormais quece coup bien organisé ( et un coup publicitaire mystérieusement bien financé)est devenu une réalité. Les rumeurs se sont intensifiées après que Zemmour a récemment annoncé qu’il quittait Le Figaro, ainsi que son émission sur CNews

Zemmour est né à Paris en 1958 dans une famille algérienne juive arrivée en France au plus fort de la guerre d’indépendance algérienne (1954-62). Il est marié à une éminente avocate, Mylène Chichportich, qui a 62 ans et est également née à Paris, dans une famille de juifs tunisiens. Tous deux ont grandi dans une France considérée par les Juifs d’Afrique du Nord comme un havre de paix. Cela explique en grande partie l’amour de Zemmour pour la grandeur du passé français. Chichportich est volontairement discrète lorsqu’il s’agit des activités publiques de son mari et prend ses distances par rapport à son travail afin qu’elle puisse conserver sa propre identité professionnelle. Ils ont trois enfants qui sont également protégés du travail de leur père.

Zemmour ne fait pas grand cas de sa judéité. Il s’est décrit comme « un Français d’origine berbère » et est détesté par de nombreux membres de la communauté juive française. En 2019, dans un entretien avec l’écrivain et showman Bernard-Henri Lévy, Zemmour a défendu le gouvernement collaborationniste du maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre mondiale, affirmant que le régime de Pétain a sauvé de nombreux juifs français. Cela a suscité l’indignation des historiens et des organisations juives et s’est soldé par un procès. Zemmour a été acquitté en raison de l’ambiguïté et du contexte de sa formulation, alimentant une nouvelle colère parmi les Juifs. Sabrina Goldman, avocate de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, a affirmé que Zemmour est « en fait un négationniste de l’Holocauste ».

Le 26 août, Michel Barnier, négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, a annoncé qu’il se présentait comme candidat présidentiel du parti de droite Les Républicains (LR). Barnier est peut-être moins connu en France qu’il ne l’est en Grande-Bretagne, et a hautainement rejeté Zemmour comme un simple “journaliste” et “un candidat hypothétique”. Dans une récente interview avec le New Statesman, Barnier a déclaré : « Je n’ai rien à voir avec Zemmour. Nous n’avons pas les mêmes sentiments, convictions ou histoire. Lorsqu’on lui a demandé si Zemmour devrait être autorisé à se présenter à l’investiture LR, Barnier a répondu : “Pas question”.

L’éditeur de Zemmour, Albin Michel, l’a lâché en juin, déclarant que Zemmour « changeait de statut » pour devenir un homme politique plutôt qu’un écrivain. Zemmour a recueilli le soutien d’intellectuels, notamment le groupe proche du magazine Valeurs Actuelles. Le partisan le plus influent de Zemmour est le romancier Michel Houellebecq, qui a été photographié avec Zemmour lors d’événements organisés par Valeurs Actuelles ; en 2020, il a salué Zemmour comme “l’avatar le plus intéressant” (c’est-à-dire un symbole d’espoir) pour “les catholiques et les non-chrétiens”.

Zemmour s’est prononcé en faveur de la théorie du « grand remplacement », telle que popularisée par l’auteur suprémaciste blanc Renaud Camus. Il s’agit d’une théorie du complot largement répandue à l’extrême droite qui soutient que, dans quelques générations, la civilisation blanche judéo-chrétienne de l’Europe sera remplacée par « une autre civilisation » : que l’universalisme français sera remplacé par l’universalisme de l’Islam (cet est l’intrigue du roman Soumission de Houellebecq en 2015). Dans l’édition d’août de Paris Match, Zemmour a prédit que d’ici 2100, la France « sera une République islamique » si l’influence de l’islam dans le pays n’est pas stoppée.

Bien qu’elle ait fait l’objet d’un regain d’intérêt au sein de l’extrême droite, la théorie du « grand remplacement » est l’un des fondements de l’histoire du fascisme français. Ses origines intellectuelles remontent au journaliste catholique Édouard Drumont, qui a écrit en 1886 un best-seller intitulé La France Juive (« France juive » – Le suicide français de son époque), qui prédisait la destruction de la nation par le peuple juif. L’idée était aussi liée aux écrits de Maurice Barrès, un nationaliste extrémiste qui, quelques années après le livre de Drumont, affirmait que la France serait submergée par les fils et filles « barbares » d’immigrés.

Zemmour est un provocateur qui aime l’indignation, mais il n’est pas stupide. Il comprend l’histoire et comment diffuser ces vieilles idées d’une manière contemporaine et moins toxique, enexploitant les peurs et les lignes de fracture de la France moderne sur l’immigration, la race et la pauvreté. Il a des bailleurs de fonds riches mais mystérieux (l’un d’eux, selon Libération, est Charles Gave, homme d’affaires et adepte du « grand remplacement »). Selon de récents sondages, la position de Zemmour en tant que politicien est de 11%, à égalité avec le candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon. Ces chiffres peuvent changer si Zemmour déclare sa candidature à la présidence. (NDLT : Les chiffres sont autour de 14% à ce jour).

Le politicien qui a le plus à craindre d’Éric Zemmour est Marine Le Pen. Le Pen a pris la décision stratégique de « dédiaboliser » le RN et de rebaptiser le parti pour le rendre plus acceptable pour le centre-droit, ainsi que pour les électeurs de la classe ouvrière. Cela a conduit à la formation de groupes dissidents du RN, comme Les Patriotes, dirigés par Florian Philippot, l’ancien directeur de la stratégie de Le Pen. Du point de vue de ces purs et durs, sa stratégie échoue.

Zemmour espère exploiter cette fracture dans le RN. Cherchant peut-être à conclure un accord politique, Robert Ménard, le maire indépendant de Béziers, dans le sud de la France, a invité Le Pen et Zemmour à un dîner dans la ville le 3 septembre. Zemmour a refusé, appelant à la place à “un débat public”. Si un accord entre Le Pen et Zemmour pouvait être trouvé, ils constitueraient ensemble une force électorale. (NDLT / Cela a échoué, Ménard l’ayant rejeté).

En privé, des amis proches d’Éric Zemmour rapportent qu’il est courtois et spirituel, avec une profonde connaissance de l’histoire de France. Son défaut est son envie d’attirer l’attention du public. Si l’ego de Zemmour prend le dessus sur lui, et qu’il décide de faire cavalier seul, il pourrait bien être vu comme le destructeur plutôt que le sauveur de l’extrême droite française.

NDLT : The New Stateman est un journal Britannique excellent, aux enquêtes toujours fouillées,  anti conservateur  .  J’ai été interviewée plusieurs fois par eux au sujet du Brexit d’ailleurs.  J’ai donc choisi de traduire cet article sur Zemmour très complet pour vous donner un aperçu de comment la presse Britannique  le perçoit (hormis the Daily Mail et the Telegraph qui eux l’aiment beaucoup, et pour cause, ils sont anti EU, et anti immigration).

Murielle STENTZEL.

Éric Zemmour: the “TV-friendly fascist” who thinks he can be France’s next president

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x