La Grande-Bretagne revient aux années 1970, lorsque les prix augmentaient CHAQUE semaine

Bien sûr, nous voulons tous des salaires plus élevés. Mais ils ne compteront pour rien s’ils s’accompagnent d’une inflation plus élevée. Et cela, malheureusement, semble être la direction vers laquelle nous nous dirigeons. En août, l’indice des prix à la consommation (IPC) a bondi à 3,2 %, contre 0,2 % un an plus tôt. Et c’était avant la crise énergétique. Nous pouvons trop facilement nous retrouver dans les années 1970, lorsque les travailleurs britanniques avaient plusieurs augmentations de salaire par an – mais les prix dans les magasins augmentaient chaque semaine.

Je ne reproche certainement pas aux chauffeurs routiers une augmentation de salaire. Si certains gagnent maintenant 1 000 £ par semaine, c’est une compensation pour les années au cours desquelles ils ont été sous-payés et sous-évalués. Comme nous le découvrons maintenant, ils sont une partie méconnue de notre infrastructure nationale vitale. Sans chauffeurs routiers travaillant de longues heures, les chaînes d’approvisionnement aux heures difficiles se briseraient très rapidement.

Mais il est inévitable que des salaires plus élevés pour les chauffeurs routiers ajoutent des coûts supplémentaires pour les supermarchés, entraînant des prix plus élevés. Ce à quoi nous devons faire attention maintenant, ce sont les revendications salariales qui débordent sur d’autres secteurs de l’économie, comme cela s’est produit dans les années 1970.

En affirmant  à Manchester ,et en se vantant de la façon dont nous allons devenir une économie à hauts salaires, le Premier ministre a incité toutes sortes de travailleurs à augmenter leurs revendications salariales. Je crains que ses propos ne lui soient reprochés la prochaine fois que le gouvernement tentera d’exhorter le secteur public à restreindre les salaires.

Mais ce ne sont pas seulement les salaires qui alimentent l’inflation, ce sont aussi les prix de l’énergie. Pour l’instant, de nombreux consommateurs sont toujours protégés par des offres à prix fixe, mais à la fin de celles-ci, nous allons tous être sous le choc. Selon un analyste énergétique, Cornwall Insight, les factures intérieures pourraient augmenter de 30 % l’année prochaine en réponse à la flambée des prix de gros du gaz et d’autres carburants. (NDLT : n’étant plus dans l’UE, ils ne sont plus protégés d’augmentations  exponentielles, car ils ne font plus partie du Marché Interne de l’Energie, et leurs factures vont être multipliées par 5 voire plus).

Le plafonnement des prix de l’énergie du gouvernement ne nous sauvera pas .Il  a déjà poussé plusieurs fournisseurs d’énergie au pied du mur. Le plafonnement des prix a été assoupli et devra peut-être être abandonné avant que le reste ne fasse également faillite.

Les marchés s’attendent maintenant à ce que l’inflation britannique atteigne plus de six pour cent l’année prochaine. C’est encore modeste par rapport aux niveaux atteints dans les années 1970, quand il a culminé à plus de 20 pour cent.

Mais le problème avec l’inflation est qu’elle se nourrit d’elle-même : des prix élevés signifient que les travailleurs exigent des salaires plus élevés, ce qui à son tour fait encore monter les prix. Une fois qu’il s’est établi, il est très difficile à contenir.

Promettre simplement des salaires plus élevés est une chose dangereuse pour un premier ministre. Elle alimente les anticipations et risque de réveiller la dangereuse bête de l’inflation.

NDLT : Dans les années 70, l’Angleterre était le parent pauvre de l’Europe, entrer dans l’UE les a sauvés, et la croissance fut rapide et ils revinrent au premier plan en tant que puissance. Le Brexit les ramènent 51 ans en arrière. Voilà où mène le populisme, les mensonges, et le nationalisme .

Traduction et commentaires, : Murielle Stentzel.

https://www.express.co.uk/comment/expresscomment/1502780/coronavirus-news-inflation-rise-over-6-percent-next-year?fbclid=IwAR0d6nGmgRuqrY_DW6zEZm6SgdxDWetyiutXjdpn1lzn3SWo_x1fxeqdu_E

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
Le plus récent Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Line Desmoulins
11 octobre 2021 18h29

Quelle régression .C’est vraiment triste pour celles et ceux qui n’ont pas voté la sortie de l’UE , les autres ma foi ont le temps de réfléchir ….

1
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x