Le hashtag pro-russe “Je soutiens Poutine ” a connu une tendance mondiale après avoir été amplifié par un réseau de comptes suspects.

Je vous traduis ce rapport d’analyses de l’ AtlanticCouncil’s Digital Forensic Research Lab, qui démontre une fois de plus les efforts de la Russie pour manipuler Twitter et faire l’apologie de Poutine.

Tendances du hashtag #IStandWithPutin au milieu d’efforts d’amplification douteux.

Le hashtag pro-russe a connu une tendance mondiale après avoir été amplifié par un réseau de comptes suspects.

Au cours de la semaine du 28 février 2022, le hashtag #IStandWithPutin a été utilisé dans plusieurs régions, apparemment en faveur de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Un examen plus approfondi de l’origine et de l’amplification du hashtag a suggéré que ce soutien était moins répandu que les tendances des médias sociaux ne l’indiquaient, et que l’engagement autour du hashtag provenait d’un réseau suspect de comptes Twitter, dont beaucoup ont été créés le jour de l’invasion de la Russie.

Le DFRLab a identifié ce qui semblait être deux réseaux distincts qui ont amplifié une sélection de tweets pour manipuler l’algorithme de Twitter et pousser de manière artificielle le récit pro-russe sur la liste des tendances de Twitter. Une fois sorti de ces chambres d’écho, le récit a été repris par les utilisateurs qui ont adhéré au récit sans nécessairement se rendre compte des origines du hashtag.

D’autres chercheurs indépendants ont également identifié des signaux suspects autour de l’amplification du hashtag. Le professeur Marc Owen Jones a publié plusieurs fils de discussion sur l’utilisation du hashtag; son analyse d’un échantillon de 20 000 tweets a identifié bon nombre des mêmes réseaux que DFRLab, et un fil séparé a identifié l’utilisation par le réseau de fausses images de profil également utilisées dans les escroqueries sur des sites de rencontres . Conspirador Norteno, un autre chercheur open source possédant une vaste expérience dans l’analyse des réseaux Twitter et des botnets, a également identifié des signes suspects similaires dans un fil de discussion qui lui est propre.

Analyse générale.

Une analyse réalisée à l’aide de l’outil d’écoute des médias sociaux Meltwater Explore a montré qu’à 05 h 43 UTC le 4 mars 2022, les expressions « #istandwithputin » ou « istandwithputin » ont été mentionnées 300 555 fois par un total de 106 663 comptes d’utilisateurs Twitter uniques.

Les récits accompagnant le hashtag étaient majoritairement pro-russes, qualifiant les pays occidentaux d’hypocrites pour la manière dont ils ont traité d’autres conflits tout en condamnant l’invasion de l’Ukraine. Près de 80% de l’utilisation du hashtag était des retweets.

Le contenu utilisé pour amplifier ce hashtag variait, mais les tweets les plus viraux contenaient tous des éléments similaires : le hashtag, du texte et un fichier multimédia qui promouvait le récit. Ces fichiers multimédias comprenaient des infographies, un extrait de The Daily Show de Trevor Noah, des dessins animés et des mèmes.

De plus, le texte et les médias ont été réutilisés par d’autres comptes dans ce qui semblait être un comportement de “copy and paste”, où les messages originaux ont été copiés et republiés pour apparaître comme contenu original sur d’autres comptes. Aucun de ces messages ne semble être cependant devenu viral. Ces publications ont toutes réutilisé les infographies, les mèmes et les images publiées par les autres comptes sous le même hashtag.

Pour enquêter sur le hashtag, le DFRLab a collecté et analysé deux ensembles de données. Le premier ensemble de données consistait en des comptes qui ont retweeté les douze messages les plus retweetés contenant les phrases #istandwitputin ou istandwithputin à 6 h 40 UTC le 4 mars 2022. Cet ensemble de données a ensuite été filtré pour exclure tout faux positif et garantir que seuls les retweets sont pertinents. à l’un de ces douze postes ont été analysés. L’objectif de cet ensemble de données était d’analyser les comptes qui ont retweeté un ou plusieurs des messages les plus engagés.

Le deuxième ensemble de données consistait en des tweets mentionnant « #istandwithputin » ou « istandwithputin » à 11h16 UTC le 3 mars 2022. Cet ensemble de données n’était pas filtré et était destiné à analyser les interactions entre différents comptes utilisant ces phrases. Notamment, cet ensemble de données contenait à la fois des messages pro-russes et anti-russes, à condition qu’ils utilisent l’un ou l’autre des termes de recherche.

Premier jeu de données.

Pour construire le premier ensemble de données, le DFRLab a utilisé Meltwater Explore pour identifier les douze messages les plus retweetés contenant soit #istandwithputin soit istandwithputin.

Cela a également identifié la première anomalie : les comptes les plus retweetés avaient un nombre d’abonnés étrangement bas par rapport à l’étendue de leurs retweets, en particulier par rapport à des abonnés beaucoup plus nombreux de tweets anti-russes utilisant le hashtag.

Le DFRLab a effectué une recherche dans Meltwater Explore en utilisant le texte de chacun de ces douze tweets et a filtré les résultats pour ne fournir que les enregistrements qui étaient des retweets.

Pour exclure les situations où un compte a retweeté l’un des tweets “copy and paste” mis en évidence ci-dessus – qui contiendrait le même texte – l’ensemble de données a en outre été filtré à l’aide de l'”empreinte digitale” de chacun des fichiers multimédias téléchargés avec les tweets. Il s’agit d’un identifiant unique que Twitter attribue aux fichiers multimédias téléchargés, permettant au DFRLab d’isoler les retweets des douze messages qu’il a identifiés ci-dessus.

 

 

Un autre indicateur de comportement suspect était un grand nombre de liens très fortement connectés. En filtrant le réseau de graphes en fonction de sa valeur maximale de k-core – le nombre d’autres comptes uniques dans le même réseau avec lesquels un compte interagissait – il est devenu clair qu’un réseau fortement interconnecté était niché au centre de la partie pro-russe du réseau.

 

En outre, des grappes d’autres réseaux pourraient également être identifiées. Une sous-section du réseau a utilisé le hashtag pour tenter de le “contaminer” avec des images du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Par exemple, la fille de l’ancien président sud-africain Jacob Zuma a largement utilisé le hashtag pour soutenir l’invasion russe. Un autre réseau en Afrique a utilisé des hashtags tendance pour commercialiser des biens et des services.

Twitter a déjà commencé à prendre des mesures contre certains des comptes impliqués. Au cours du week-end du 5 mars, Twitter a suspendu plus de 100 comptes pour comportement inauthentique. Bien que Twitter n’autorise pas les utilisateurs à interroger le statut suspendu des comptes à l’aide de son API, une estimation approximative pourrait être obtenue du nombre de comptes suspendus ou supprimés en demandant les informations de profil des 81 606 comptes dans le plus grand ensemble de données #istandwithputin.

À 07h42 UTC le 7 mars 2022, quelque 433 comptes n’étaient plus disponibles, ce qui signifie que les comptes avaient été suspendus ou supprimés. Cela ne signifie pas nécessairement que les comptes ont été suspendus pour avoir utilisé le hashtag.

 

Traduction : Murielle STENTZEL.

https://medium.com/dfrlab/istandwithputin-hashtag-trends-amid-dubious-amplification-efforts-2b8090ac9630

 

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x