Les minorités en Allemagne craignent que Poutine ne mobilise l’extrême droite.

L’escalade du conflit russo-ukrainien sème la crainte chez les minorités d’un pic d’attaques violentes de l’extrême droite en Allemagne.

La communauté musulmane d’Allemagne se prépare à des attaques potentielles de groupes d’extrême droite qui soutiennent l’invasion russe de l’Ukraine et pourraient être utilisés par le président assiégé Vladimir Poutine pour riposter contre ses rivaux européens.

On craint de plus en plus que le président russe puisse utiliser ses alliés de l’extrême droite européenne – y compris des groupes extrémistes néonazis – pour cibler les États-Unis et l’Union européenne qui fournissent des armes, des renseignements et un soutien diplomatique au gouvernement ukrainien.

L’Allemagne a la deuxième plus grande population musulmane d’Europe après la France avec près de 4,7 millions de personnes.

Poutine a longtemps été une source d’inspiration pour de nombreux dirigeants d’extrême droite européens – du britannique Nigel Farage aux dirigeants allemands de l’AfD et à la dirigeante d’extrême droite française Marine Le Pen.

(NDLT : de Zemmour aussi, en passant par Mélenchon).

Selon les recherches menées par le Dr Beatrix Campbell, professeur de relations internationales à l’Université de Leiden aux Pays-Bas, la menace de représailles russes contre les pays européens par le biais de mandataires d’extrême droite est très probable.

Le Dr Campbell déclare : “Diviser l’Europe et favoriser les conflits internes est depuis longtemps la stratégie de Poutine, je ne minimise pas ses relations au sein de l’extrême droite européenne pour créer des troubles ici. Et ils sont évidemment prêts à le faire, pas seulement en raison du financement à long terme qu’ils ont reçu des associés de Poutine, mais aussi idéologiquement.”

Le Dr Campbell, qui est l’auteur d’un document de recherche intitulé “Political Synergy: How the European Far-Right and Russia Have Joined Forces Against Brussels”, prévient que Poutine pourrait utiliser toutes les options qui s’offrent à lui, y compris les groupes néonazis illégaux.

“Les alliés politiques de Poutine en Europe font profil bas ces jours-ci, et pour une raison évidente, mais cela pourrait changer une fois que la poussière de ce conflit sera retombée, même maintenant si vous regardez ce que dit l’AFD en Allemagne ou ce que le ministre hongrois des Affaires étrangères a dit, c’est inquiétant”, a-t-elle déclaré à TRT World.

Les recherches du Dr Campbell révèlent des liens politiques intimes entre plusieurs organisations d’extrême droite européennes et la Russie, l’étendue de leur coordination politique, leur financement, leurs réunions régulières et leurs similitudes avec l’OTAN et l’Union Européenne.

Un récent communiqué de presse du parti politique d’extrême droite allemand, l’Alternative pour l’Allemagne, témoigne de ces liens étroits.

Le communiqué de presse impute la responsabilité de l’agression de Poutine contre l’Ukraine à l’expansion de l’OTAN vers l’est – conformément à la vision de longue date du président Poutine.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères a également annoncé récemment que son pays n’autoriserait pas le transfert d’armes à travers son territoire vers l’Ukraine : « La raison de cette décision est que de telles livraisons pourraient devenir la cible d’actions militaires hostiles et… nous devons nous assurer la sécurité de la Hongrie… et que nous ne nous impliquons pas dans cette guerre.”

Le Dr Campbell affirme qu’il existe des preuves indéniables des relations entre les partis politiques d’extrême droite européens et la Russie. Mais elle met en garde contre une menace plus menaçante pour l’Europe et ses minorités.

“Je n’exclurais pas une réaction violente de l’extrême droite envers les minorités en Europe pour semer la discorde et apporter l’instabilité et l’insécurité dans les communautés européennes”, dit-elle.

“Ils peuvent facilement cibler des groupes minoritaires, créer de l’insécurité, là où les services de sécurité de l’Etat auraient du mal à maintenir la paix”, ajoute-t-elle.

Mettre en place des défenses.

L’Allemagne compte un grand nombre d’organisations néo-nazies illégales qui, selon le Dr Campbell, pourraient être utilisées pour semer la peur dans les communautés minoritaires du pays.

Mais les minorités allemandes ne sont pas en reste. Des préparatifs discrets sont en cours pour mieux protéger les minorités ethniques et religieuses d’Allemagne.

Le secrétaire général du Conseil musulman d’Allemagne, Abdassamad El Yazidi, a déclaré à TRT World : “Le personnel des mosquées est formé à la gestion des risques. Nous travaillons là-dessus parce que c’est nécessaire, parce que nous ne pouvons pas toujours nous fier sur la police.”

“Nous faisons de la sensibilisation aux risques, installons des agents de sécurité, nous leur donnons une formation – la police nous soutient pour sensibiliser la communauté. Nous espérons développer de bonnes relations avec les mosquées et la police, afin de favoriser des communications plus faciles .”

Et, dit-il, s’il y a une attaque, “la police est au courant de l’aménagement, des sorties et des entrées de la mosquée”.

Selon un récent rapport publié par l’agence de sécurité européenne Europol, les menaces des extrémistes de droite ont fortement augmenté pendant la pandémie.

Les chiffres publiés par le gouvernement allemand montrent 23 000 attaques d’extrême droite en 2020, soit une augmentation de près de 20 % par rapport à 2019.

“Il y a des attaques presque quotidiennes contre des mosquées et des musulmans à travers l’Allemagne, beaucoup de ces attaques ne sont même pas enregistrées”, explique El Yazidi.

Dans la ville de Halle, une mosquée a été attaquée trois fois en deux ans. La dernière attaque a eu lieu lorsqu’un extrémiste d’extrême droite de 55 ans a tiré trois balles sur la mosquée depuis son appartement dans un immeuble adjacent.

La mosquée a bénéficié d’une protection policière 24 heures sur 24 depuis la première fois qu’elle a été attaquée.

Alors qu’El Yazidi dit que les attaques ont augmenté, il reconnaît également que le gouvernement de coalition de gauche récemment élu en Allemagne a adopté une approche plus sérieuse pour s’attaquer au problème de l’extrême droite.

“Le nouveau gouvernement a été plus proactif dans le traitement des préoccupations de la communauté musulmane. Il y a eu un net changement d’attitude”, dit-il.

À l’occasion du récent anniversaire de l’une des pires attaques d’extrême droite à Hanau, où neuf personnes ont été tuées par un extrémiste d’extrême droite, dit El Yazidi, “la ministre de l’Intérieur Nancy Faeser était présente, elle a rendu hommage et a parlé à la communauté dirigeants sur la conviction du gouvernement de mettre fin aux attaques d’extrême droite contre les communautés minoritaires ».

https://www.trtworld.com/magazine/minorities-in-germany-fear-putin-could-mobilise-the-far-right-55272

NB: La même chose est à craindre dans d’autres villes Européennes, (selon Europol). A titre personnel, j’ajoute que c’est en effet à craindre , en France, où les Gilets Jaunes par exemple sont pro Poutine  majoritairement après des années à avoir eu un lavage de cerveau par RT Today soit radio Poutine. Il suffit de naviguer sur les RS pour lire leurs commentaires contre l’Ukraine, reprenant mot pour mot  la  rhétorique  du Kremlin. On sait depuis novembre 2018, qu’ils sont faciles à manipuler et peuvent basculer dans la violence (Arc de Triomphe , incendie du Fouquet’s, agression d’élus, menaces de mort , etc) , le danger est réel. Sur les RS, on peut déjà lire tous les commentaires des GJ,antivax ,antitout, anti système (les mêmes manipulés depuis des années par la propagande du Kremlin), poster leur soutien à Poutine et répandre les intox sur l’Ukraine, les intox que nous avons entendues de la bouche de Lavrov en direct. Nous avons aussi nos politiciens pro Poutine, ceux qui ont fait semblant de retourner leurs vestes mais dont les propos à peine sibyllins continuent à donner raison à Poutine, condamnant l’OTAN et oblitérant des pans entiers de l’histoire . Nous savons depuis 2018 qu’une minorité de Français agissent comme des ennemis de l’intérieur, et ne reculent pas à utiliser la violence.

 

Traduction et commentaires : Murielle STENTZEL

Des extrémistes de droite allemands ont reçu une formation paramilitaire à Saint-Pétersbourg, en Russie, ces dernières années. (PA)📷

 

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x