Les Fantassins de Poutine ou la guerre politique du Kremlin contre la France

Article de Anton SHEKHOVTSOV , ( traduction et commentaires Murielle Stentzel)

MACRON : Du Scepticisme sur la Russie à  la politique étrangère fondée sur le calcul des forces et l’intérêt national »

 Il nous faut d'abord revenir brièvement sur les relations entre la Russie de Poutine et la France de Macron. Le contexte de ces relations était problématique : Macron n'était pas le candidat préféré de Moscou aux élections présidentielles françaises de 2017. À la fin de l'automne et au début de l'hiver 2016, alors que la campagne électorale battait son plein, le Kremlin était optimiste quant au futur président de la France. Les sondages d'opinion nationaux prédisaient que, si aucun candidat n'était en mesure d'assurer la victoire au premier tour, le bras de fer final opposerait François Fillon, candidat des Républicains de centre-droit, et Marine Le Pen, le leader de l'extrême droite National Front

Les deux candidats étaient considérés comme amicaux envers la Russie de Poutine. Le vainqueur le plus probable, Fillon, ancien Premier ministre français (2007-2012) sous le président Nico-las Sarkozy, « prônait un changement radical de cap avec Moscou, favorisant la levée des sanctions économiques imposées par l'UE après l'annexion de la Crimée par la Russie. » et « faisait également pression pour une alliance militaire avec M. Poutine et le régime syrien de Bachar al-Assad pour combattre Isis ».

 Lors de l'invasion russe de l'est de l'Ukraine, Fillon « a fait valoir qu'elle était principalement russophone et appartenait plus ou moins à Moscou ».

 À son tour, Poutine a qualifié Fillon de « professionnel du  plus haut niveau et le qualifiant de personne très  honnête." (Evidemment, quand on salue et soutient Poutine, on en reçoit les louanges, c'est de bonne guerre).

 Et les médias contrôlés par l'État russe ont salué la candidature de Fillon, le décrivant comme "le candidat le plus pragmatique de la politique internationale" et suggérant qu'il "était à la hauteur des attentes du peuple français".

Avant l’arrivée d ‘Emmanuel Macron, le Kremlin préférait ne pas s’immiscer dans les élections présidentielles en France, mais lorsque la popularité de son candidat préféré a chuté, le régime de Poutine a décidé d’attaquer Macron par le biais des médias et des cyberopérations. RT et Spoutnik contrôlés par l’État russe ont propagé et amplifié les théories du complot sur Macron , tandis que son équipe se plaignait que leur site Web et leurs bases de données faisaient l’objet de cyberattaques provenant de Russie.

Par ailleurs, en mars 2017, à un mois du premier tour de l’élection présidentielle, le Kremlin a invité la plus proche opposante de Macron, Marine Le Pen, à se rendre à Moscou et à rencontrer Poutine. Le message politique était clair : le Kremlin s’était résigné à l’échec de Fillon et avait présenté Le Pen comme son candidat aux élections présidentielles françaises. « Nous savons tous qui sont les alliés de Le Pen : les régimes d’Orban, Kaczynski, Poutine. Ce ne sont pas des régimes avec une démocratie ouverte et libre. Chaque jour, ils brisent de nombreuses libertés démocratiques », a déclaré Macron quelques jours seulement avant sa victoire dans l’affrontement final entre lui et Le Pen. 

Le Kremlin a poursuivi sa guerre politique contre Macron et a commencé à nouer des contacts avec des représentants du mouvement radicalement anti-Macron des Gilets Jaunes

Le Kremlin s’est engagé avec eux avec l’aide de Leonid Slutsky, président du Comité des affaires internationales et président de la Fondation russe pour la paix (FPR) .En 2014, Slutsky avait aidé à organiser un référendum illégitime dans la République autonome ukrainienne de Crimée, qui a été suivi de son annexion par la Russie, et a ensuite été sanctionné par les pays occidentaux. Depuis lors, Slutsky était devenu l’un des principaux opérateurs de la guerre politique russe en Europe.

Comme révélé par The Insider, le FPR de Slutsky a lancé des invitations spéciales à plusieurs membres français des Gilets jaunes afin qu’ils puissent se rendre en Russie, prétendument pour discuter des «programmes et projets humanitaires et caritatifs du FPR».

 Étant donné la nature subversive des activités de Slutsky en Europe, il est possible de suggérer que le Kremlin a voulu exercer une influence sur le mouvement des Gilets Jaunes dans le but de le renforcer et / ou de faire passer sa propagande  par le biais des  militants. (NDLT : ce que nous constatons au quotidien car ce que nous lisons sur les bannières des Gilets Jaunes et anti tout , que ce soit anti Vaccins , anti Pass Sanitaire, ou anti EU et anti Macron) ce sont toutes des intox issues du Kremlin , repertoriées sur le site de l’Union Européenne, EU Vs DISINFORMATION. Je l’ai démontré récemment et souvent par des articles sur ce même site et sur mon blog personnel.)

https://democratiesendanger.blogspot.com/2021/12/dissection-dune-intox-du-kremlin-sur-le.html

Article de Anton SHEKHOVTSOV .

[Anton SHEKHOVTSOV , après des études à l’université de Kiev, y est devenu lecteur, ainsi qu’à l’université de Northampton. Il vit entre Kiev, Londres et Vienne, où il collabore à l’Instiut des sciences humaines.

Écrivain et activiste politique, défenseur de l’Union européenne, il s’est spécialisé dans les relations entre la Russie actuelle et les mouvements d’extrême droite en Europe occidentale. ]

Il démonte l’implication de la Russie dans la la politique Francaise et comment elle travaille en arrière plan encore plus depuis l’élection de Emmanuel Macron. Je n’ai pas tout traduit car c’est très long, je vous ai mis les passages les plus intéressants pour comprendre. Cela parle aussi de l’assassinat de Samuel Paty et comment la Russie joue un double jeu, celui de condamner officiellement le meurtrier de Samuel Paty, tout en soutenant la rhétorique  de  Kadyrov visant à radicaliser les musulmans et à les inciter contre Macron et la démocratie libérale française , et qui s’inscrit dans l’agenda subversif de Moscou en Europe.

https://www.academia.edu/45611231/Putin_s_Foot_Soldier_in_the_Kremlin_s_Political_War_against_France

Traduction et commentaires : Murielle Stentzel.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x