Recrudescence des théories du complot de Covid-19 et antisémitisme

Une recrudescence des théories du complot de Covid-19 risque de renforcer l’antisémitisme,  ont  averti les militants  contre les crimes de haine, après l’ouverture d’une exposition mettant en lumière le fascisme britannique de l’entre-deux-guerres et ses parallèles aujourd’hui.

La Wiener Holocaust Library à Londres organise l’exposition – en se concentrant sur les motivations et la propagande des fascistes britanniques et de leurs pairs européens dans les années 1920 et 1930 – par inquiétude quant à la croissance récente des idées d’extrême droite et du populisme au Royaume-Uni et à l’étranger.

Des photographies rares dont celle d’une femme dans les rues de Londres brandissant un drapeau syndical avec une croix gammée en son cœur sont présentées dans l’exposition.

« Nous voulons – nous voulons très consciemment – ​​amener les gens à réfléchir aux parallèles entre le passé et le présent, ainsi qu’aux différences », a déclaré le Dr Barbara Warnock, co-commissaire de l’exposition.

Elle a déclaré qu’un exemplaire d’Action, le journal de l’Union britannique des fascistes (BUF) d’Oswald Mosley, intitulé The Return of Manhood, avait des similitudes avec la misogynie de plus en plus militarisée par l’extrême droite aujourd’hui. La première page du journal porte également la devise Britain First – un slogan fasciste qui est également le nom d’un groupe d’extrême droite qui le mois dernier a fait approuver sa demande d’enregistrement en tant que parti politique par les élections. (NDLT : Britain First a bien évidemment été le parti le plus raciste et xénophobe du Brexit, des affiches odieuses, des membres haineux ( j’en ai fait les frais personnellement, ils voulaient me mettre dans un dingy en souhaitant que je me noie au milieu de la Manche).

Des parallèles peuvent également être établis entre les théories du complot antisémites sur Covid-19 et le développement de vaccins, et les pamphlets blâmant les « financiers juifs » pour la première guerre mondiale ou suggérant qu’ils tireraient profit de la seconde guerre mondiale.

David Rich, directeur des politiques du Community Security Trust (CST), un organisme de bienfaisance assurant la sécurité de la communauté juive, a déclaré que la pandémie avait amené des personnes aux opinions antisémites à jouer un rôle central dans la campagne contre les vaccins Covid et les mesures de santé publique.

« Nous voyons de plus en plus de personnes pas vraiment attachées à une idéologie en particulier mais qui font partie de cette masse amorphe alimentée par les théories du complot. Un point d’entrée à cela est venu avec la pandémie et le mouvement anti-vaccination où la  rhétorique n’est pas explicitement anti-juive. Cela signifie que beaucoup de gens risquent d’être aspirés », a déclaré Rich, qui fera partie des conférenciers lors d’événements organisés dans le cadre de l’exposition.

D’autres incluront Joe Mulhall, le responsable de la recherche à Hope not Hate, qui a déclaré que le groupe antiraciste craignait que des individus se soient radicalisés au sein d’organisations qui devenaient maintenant plus petites mais plus extrêmes à mesure que la pandémie diminuait et deviendraient plus obsédées par  des croyances antisémites.

« Sur le plan électoral, l’extrême droite s’est effondrée depuis 2010 et il y a maintenant une scène très fragmentée dans tout le pays, mais une grande partie de leur politique s’est normalisée et fait partie du courant dominant. »

L’exposition, This Fascist Life: Radical Right Movements in Interwar Europe, s’appuie sur des éléments des propres archives de la bibliothèque et des Searchlight Archives de l’Université de Northampton.

https://www.theguardian.com/world/2021/oct/12/far-right-covid-conspiracy-theories-fuelling-antisemitism-warn-uk-experts?CMP=fb_gu&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2jxAE8xWfPT-aUBqpQ18kGBAoYJCVL8MNNTjA24qPtwWtTKREqzxO5SnM#Echobox=1634038886

NDLT : Depuis 2016, le Royaume Uni a pris un tournant extrême droite,  et le racisme et la xénophobie sont en constante hausse, et furent le moteur numéro un du Brexit, qui est à la base un vote raciste. Mais la résurgence de l'antisémitisme est  sans conteste la même au sein de l'Europe, (on le constate en France avec les bannières lamentables des Gilets Jaunes, antivax et antitout). L'extrême droite ne change pas, c'est la haine de ceux qui sont différents, c'est le mythe du Juif qui est responsable de tout. Le protocole des Sages de Sion reste le manuel de base. Le danger est réel et ne doit pas être balayé d'un haussement d'épaules. L'Histoire se répète souvent.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x