Tous les chemins mènent à l’Ukraine : comment la Russie utilise la désinformation pour minimiser ses actions

La machine de propagande du Kremlin est à l’oeuvre en permanence, sur tous les sujets, concerne tous les pays, et n’a de cesse de vouloir déstabiliser et semer la confusion. Ses ennemis sont toujours, l’Union Européenne et l’OTAN, deux ennemis que Poutine voudrait voir disparaître. Il ne vous a pas échappé que  tous les politiciens d’extrême droite ( et certains d’extrême gauche)  veulent tous nous sortir de l’OTAN, reprenant le credo cher à Poutine, y allant de leur anti américanisme,  blâmant dans la foulée l’Union Européenne . C’est à cela qu’on reconnaît sans aucune équivoque ceux qui servent la soupe du Kremlin, par intérêt. En résumé, donc pas des patriotes, mais bel et bien des traîtres à la France.

Voici un article paru sur EUvsDISINFORMATION  ce jour et que je vous ai traduit.

Je gage que certaines phrases sur l’OTAN vont vous sembler familières, car vous les avez entendues dans la bouche de Zemmour et d’autres pas plus tard que cette semaine.

“Alors que la Russie continue de faire monter les enchères dans son pari sur la frontière avec l’Ukraine, l’Ukraine est une fois de plus la cible principale des efforts visant à rejeter, déformer, distraire et semer la confusion .

L’Ukraine n’est pas une cible rare de la désinformation pro-Kremlin. Sur plus de 13 500 cas que nous avons identifiés, catalogués, exposés et démystifiés depuis 2015, l’Ukraine est mentionnée dans plus de 5 200. Cela représente près de 40 % de tous les cas répertoriés dans la base de données EUvsDisinfo.

Puisqu’il devient de plus en plus difficile de voir à travers l’écran de fumée des mensonges sur l’Ukraine qui sont colportés par l’usine de désinformation pro-Kremlin, nous avons publié un rapport pour débunker  ces mensonges,  couvrant sept des mythes les plus répandus et les plus dangereux – et souvent des mensonges purs et simples – liés à la Russie -Conflit ukrainien plus tôt cette semaine.

La faute à l’Occident

Dans le cadre de l’effort plus large visant à salir l’Ukraine et à semer la confusion autour de l’accumulation de tensions alimentées par la Russie, deux récits se sont démarqués. Premièrement, que l’Ukraine est utilisée par l’Occident. Un certain nombre de médias ont tenté de présenter l’Ukraine comme un outil permettant aux puissances occidentales d’influencer et de déstabiliser la Russie. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont reçu une attention particulière, comme toujours.

Il s’agit d’un schéma bien établi, car nous entendons constamment des histoires selon lesquelles « les États-Unis utilisent le fantôme de l’Ukraine pour affronter la Russie », « les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont essayé d’utiliser l’Ukraine bélier contre la Russie“ et ainsi de suite. Comme si cela n’était pas assez ridicule, les médias pro-Kremlin montent encore d’un cranet affirment maintenant que “l’Ukraine est déjà occupée par les États-Unis et ses satellites”.

Le deuxième récit principal qui se démarque est l’affirmation selon laquelle l’Occident est sur le point de mener une opération sous fausse bannière afin de déclencher un affrontement direct avec les forces russes massées près de la frontière ukrainienne. Ce récit a pris diverses formes et formes, allant d’accuser l’Occident de provocations dans l’espace d’information à déclarer que les dirigeants occidentaux créent un hotspot à la frontière russe. Si ces affirmations vous semblent familières, c’est parce qu’elles le sont. L’affirmation selon laquelle l’Occident utilise des opérations sous fausse bannière et que la Russie est encerclée par l’OTAN sont des sujets de discussion de longue date des désinformateurs pro-Kremlin.

Tout est lié. Ou pas du tout ?

À bien des égards, les désinformateurs pro-Kremlin ressemblent beaucoup à des gens qui croient aux conspirations. Ils voient des connexions partout, y compris là où il n’y en a pas. L’Ukraine étant actuellement la cible principale de leurs efforts, ils ont tenté d’imputer les manifestations au Kazakhstan aux services secrets ukrainiens, entre autres suspects, affirmant que le service “coordonnait les actions des pogromistes au Kazakhstan”.

Naturellement, accuser l’Ukraine dans certains médias ne les a pas empêchés de blâmer les États-Unis dans d’autres, affirmant que les États-Unis avaient coordonné les manifestations au Kazakhstan pour faire pression sur la Russie avant les pourparlers de sécurité américano-russes à Genève . Dans encore un autre réseau de désinformation, ils ont pointé plus vaguement vers une “main étrangère”, sans prouver la moindre preuve, et donc encore moins crédible.

C’est une autre manœuvre familière des organes de désinformation pro-Kremlin – pour dépeindre à tort les manifestations populaires dans le monde entier comme incitées de l’étranger, souvent par les États-Unis et l’Occident.

Présenter l’OTAN comme l’agresseur et la Russie comme la victime de promesses non tenues (qui n’ont jamais été tenues).

Un autre leitmotiv du manuel de désinformation du Kremlin refait surface. À savoir, l’affirmation selon laquelle l’OTAN est un bloc militaire hostile dont l’objectif principal est d’infliger des dommages à la Russie. Ce thème usé jusqu’à la corde, a été répété au cours des deux dernières semaines, comme on pouvait s’y attendre, compte tenu de la posture de la Russie. Être engagé dans un double langage depuis aussi longtemps que le Kremlin l’a fait pourrait avoir un tel effet désorientant sur eux mêmes au fil du temps.

La confusion du Kremlin ne s’arrête pas à l’incompréhension et à la déformation mensongère du rôle de l’OTAN. Ils ne semblent pas non plus saisir le concept d’alliances volontaires entre pays démocratiques, affirmant à tort que l’OTAN attire l’Ukraine et les pays scandinaves dans le bloc et que l’OTAN a promis de ne pas s’étendre en Europe orientale et centrale dès 1990. Décisions concernant l’OTAN : l’adhésion appartient à chaque candidat individuel et aux 30 alliés actuels de l’OTAN. Chaque État souverain peut choisir sa voie et les États limitrophes – en l’occurrence la Russie – n’ont pas le droit d’intervenir.”

Traduction : Murielle STENTZEL.

https://euvsdisinfo.eu/all-roads-lead-to-ukraine-how-russia-uses-disinformation-to-support-its-efforts-on-the-ground/

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x