Comment 10 récits de propagande mensongère ont été promus par les médias du Kremlin

Un long article que je vous traduis, pour bien montrer l’étendue de la propagande du Kremlin pour déstabiliser l’Ukraine et justifier son invasion, considérée comme maintenant inévitable.

Ce qui est désespérant , c’est de voir combien de nos politiciens sont corrompus et inféodés à Poutine et nous ressortent ces mêmes récits, accusant l’Ukraine, l’OTAN, l’UE etc. Il suffisait d’écouter ce matin Mélenchon , Zemmour et Le Pen s’exprimer sur l’Ukraine pour le comprendre (pour ceux qui seraient encore dans le doute).

Voici l’article, écrit par des  chercheurs spécialisés en droit numérique.

Comment dix récits de progagande mensongère ont été promus par les médias pro-Kremlin.

Les médias russes présentent activement les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Louhansk comme des victimes de l’agression ukrainienne.
Au milieu du renforcement militaire continu de la Russie autour des frontières de l’Ukraine, les médias contrôlés par le Kremlin et pro-Kremlin en Russie amplifient sans relâche les récits faux ou trompeurs sur l’agression ukrainienne contre les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (DNR et LNR) dans l’est de l’Ukraine. Ces efforts en cours accusant l’Ukraine de menacer la vie des habitants des régions séparatistes de l’Ukraine pourraient servir de prétexte à la Russie pour envahir le pays.

Le DFRLab a analysé dix récits faux et trompeurs, provenant principalement de dirigeants séparatistes dirigés par la Russie dans l’est de l’Ukraine, qui ont été largement amplifiés par les médias russes. Chacun de ces récits accusait l’Ukraine d’être l’agresseur dans le conflit. Notamment, les médias du Kremlin se sont intensifiés en publiant intensément des récits mensongers depuis début février 2022.

La Russie avait précédemment utilisé une opération de propagande mensongère comme prétexte pour envahir l’Ukraine en 2014, lorsque les forces spéciales russes avaient envoyé des soldats anonymes pour s’emparer de bâtiments gouvernementaux, ce qui avait conduit à l’annexion de la Crimée et à l’occupation de l’est de l’Ukraine. Ces soldats russes prétendaient être des forces d’autodéfense locales ; le Kremlin nie toujours son implication dans le conflit.

Les responsables américains ont averti depuis début février 2022 que la Russie pourrait utiliser des opérations du même type comme justification pour envahir l’Ukraine, mais le Kremlin continue de démentir. L’analyse par le DFRLab des récents récits mensongers entre le 1er décembre 2021 et le 14 février 2022 indique que les médias pro-Kremlin promeuvent activement ces récits, jetant potentiellement les bases pour justifier une action militaire russe.

Si ces dix récits de propagande subversifs sont représentatifs des nombreuses rumeurs et théories du complot publiées par les médias pro-Kremlin pour dépeindre l’Ukraine comme l’agresseur, il convient de noter qu’ils ne sont en aucun cas exhaustifs, car de nouveaux récits mensongers apparaissent désormais sur une base quasi quotidienne. Le jour de la publication, par exemple, les dirigeants des républiques séparatistes ont annoncé qu’ils évacuaient des civils vers la Russie après avoir affirmé sans fondement que des saboteurs avaient tenté de faire exploser des réservoirs de chlore. Cela a ensuite été suivi d’un attentat à la voiture piégée à Donetsk, que les autorités locales ont rapidement qualifié de tentative d’assassinat contre un responsable du gouvernement.

Une vidéo est apparue sur plusieurs pages Facebook privées montrant l’imagerie thermique de cinq individus armés abattant une vingtaine de personnes. Les commentateurs ont affirmé que les images montraient les forces frontalières ukrainiennes tirant sur des réfugiés fuyant la Biélorussie. Un récit a même affirmé que le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait lui-même donné l’ordre parce qu’il avait reçu un ordre de “l’étranger”. Ces rapports alléguaient également que la vidéo avait été divulguée par Rinat Akhmetov, un oligarque ukrainien qui, selon Zelenskyy et les responsables occidentaux, est un candidat potentiel pour le remplacer dans un régime fantoche si la Russie lançait un coup d’État réussi contre le gouvernement ukrainien.

Pendant ce temps, les médias locaux de la ville de Zhytomyr ont rapporté qu’il y avait eu une fusillade, mais ont par la suite supprimé l’histoire, signalant que leur site Web avait été piraté. Pendant ce temps, une ONG locale, Detector Media, a également fait modifier illégalement une page Web affirmant que l’oligarque était derrière la vidéo. La page Web a été supprimée par l’organisation peu de temps après avoir été repérée. Cependant, ces informations ont été reprises par des médias pro-Kremlin et une chaîne anonyme Telegram.

Le Centre ukrainien des communications stratégiques a analysé les images de l’incident, les démystifiant finalement.

Le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a affirmé que des entreprises militaires privées américaines préparaient des composants biochimiques pour provoquer des combats dans l’est de l’Ukraine. À la télévision d’État russe, Eduard Basurin, chef adjoint de la direction de la milice du DNR, est allé plus loin et a même identifié le biochimique en question comme étant de la toxine botulique. Le chef du DNR, Denis Pushilin, a déclaré que l’approvisionnement en eau de Donetsk serait empoisonné.

Le secrétaire de presse du Pentagone, John F. Kirby, a nié les allégations lors d’un point de presse le même jour. « Ces déclarations du ministre Shoygu sont complètement fausses », a-t-il déclaré. Le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, a également nié les allégations et déclaré que ces messages ne sont que les derniers exemples de campagnes de désinformation russes.

Le chef adjoint de la milice du DNR, Eduard Basurin, a affirmé que l’état-major général des forces armées ukrainiennes avait achevé son plan d’invasion du Donbass. Il a affirmé que le plan serait présenté par la direction des Forces armées ukrainiennes, puis envoyé pour approbation par le Conseil national de sécurité et de défense. Les dirigeants séparatistes de la LNR ont affirmé que l’Ukraine se préparait à envahir et ont noté que si l’Ukraine attaquait le Donbass, la Russie devrait immédiatement protéger plus de 700 000 citoyens russes qui y vivent.

Les responsables ukrainiens ont souligné à plusieurs reprises que l’Ukraine n’avait pas l’intention d’entreprendre d’opération militaire contre le Donbass et que Kiev s’était engagée à trouver une solution diplomatique et politique au conflit. Néanmoins, le Kremlin continue de citer « l’agression militaire contre le Donbass » de l’Ukraine comme prétexte pour son renforcement militaire près de l’Ukraine.

Récit : Les services spéciaux ukrainiens ont posé une bombe dans un bâtiment administratif de Donetsk (1er février 2022)

Le ministère de la Défense du DNR a rapporté que les services de sécurité avaient empêché un acte terroriste des forces spéciales ukrainiennes visant à bombarder un bâtiment administratif de Donetsk. Un message anonyme sur la mise en place d’explosifs aurait été envoyé aux administrateurs de la ville par e-mail. Moskovskij Komsomolets a écrit qu’une bombe trouvée dans le bâtiment était composée de TNT et de quatre détonateurs électroniques, tandis que Regnum a affirmé que des terroristes ukrainiens avaient précédemment organisé une série d’explosions dans le Donbass pour tuer des dirigeants militaires et politiques locaux. Malgré ces allégations, les régimes séparatistes n’ont fourni aucune preuve qu’une bombe avait été trouvée ou que l’Ukraine était derrière elle.

Narrative : L’Ukraine se prépare à une mobilisation militaire massive (3 février 2022).

Les médias appartenant au Kremlin ont affirmé que l’Ukraine empêcherait les hommes en âge de conscription de quitter le pays. Ils ont également signalé que les bureaux d’enrôlement prépareraient des listes de citoyens susceptibles d’être mobilisés, laissant entendre qu’une telle décision pourrait bientôt intervenir. Alors qu’une limitation de mouvement violerait la loi ukrainienne, ce récit a probablement émergé pour semer la panique parmi la population civile. Le Centre de communication stratégique du gouvernement ukrainien a démenti cette affirmation, la qualifiant de provocation. Le ministre ukrainien de la Défense a déclaré dans une interview qu’il n’y aurait pas de mobilisation de la conscription et que l’Ukraine s’appuierait plutôt sur les forces de défense territoriales existantes.

Récit : Les forces armées ukrainiennes ont lancé une attaque d’artillerie massive sur Donetsk (5 février 2022)

Le média pro-Kremlin Moskovskiy Komsomolets a rapporté que les forces ukrainiennes avaient lancé un bombardement massif de Donetsk, y compris de l’artillerie, des mortiers et même des lance-grenades. La source du rapport provient d’une chaîne Telegram, Novorossiya Militia Reports (Сводки Oполчения Новороссии), qui a écrit le 5 février que les forces armées ukrainiennes avaient ouvert le feu d’artillerie sur la partie nord de Donetsk. Le site Internet de Novorossiya a également affirmé que les habitants de Donetsk s’étaient réveillés au son des bombardements de l’artillerie ukrainienne. Le message comprenait une photo de ce qui semblait être des nuages ​​​​de fumée à l’horizon, mais la source de la fumée n’était pas représentée.

La mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine a enregistré 38 explosions dans la région de Donetsk entre les soirées du 4 au 6 février 2022, mais ces explosions n’ont été attribuées à aucune des parties au conflit. Une vérification des faits de Polygraph.info a fait valoir qu’il était suspect que l’une ou l’autre des parties ait pu mener un bombardement “d’artillerie massive”, car seulement 38 explosions ont été signalées dans la région de Donetsk sur une période de 48 heures.

Récit : Des mercenaires polonais arrivent dans le Donbass pour organiser des actes terroristes (7 février 2022)

Les dirigeants des régions séparatistes ukrainiennes de Donetsk et Louhansk ont ​​fait valoir l’arrivée de mercenaires polonais dans l’est de l’Ukraine. Le 7 février, le DNR a affirmé que deux groupes de mercenaires polonais étaient apparus dans les zones du Donbass contrôlées par l’Ukraine. Ils ont allégué que les mercenaires travaillaient avec les forces ukrainiennes pour commettre des actes terroristes et saboter les républiques autoproclamées. Les dirigeants du DNR ont également affirmé que des mercenaires polonais tenteraient d’endommager les infrastructures civiles de la région pour déclencher une réponse des unités militaires du DNR, complétant ainsi leur objectif de pousser la région du Donbass dans une guerre. La chaîne Telegram Donbas Decides a allégué que des mercenaires polonais donnaient des instructions aux forces ukrainiennes sur la façon de tuer des civils du Donbass. Auparavant, les dirigeants séparatistes de la LNR avaient affirmé que des mercenaires de la société militaire privée américaine Academi (anciennement Blackwater) étaient présents dans le Donbass.

Le Centre ukrainien pour les communications stratégiques et la sécurité de l’information a rapidement démenti la présence de mercenaires étrangers sur le territoire ukrainien. Il a déclaré que les représentants des pays de l’OTAN sont invités en Ukraine uniquement en tant qu’instructeurs, ajoutant que seules les forces ukrainiennes “se battent pour l’Ukraine”.

Récit : L’Ukraine a déployé des missiles anti-aériens S-300 près du Donbass (11 février 2022)

Eduard Basurin du DNR a affirmé que l’Ukraine avait déployé des systèmes de missiles anti-aériens S-300 à Kramatorsk, près de la ligne de front actuelle. Plusieurs médias russes ont amplifié le message, certains ajoutant que de tels systèmes pourraient être dangereux pour les avions de passagers russes près de la frontière, ressassant l’affirmation largement démentie selon laquelle l’Ukraine a abattu l’avion de ligne MH-17 plutôt que la Russie.

Semblable aux allégations précédentes, le DNR n’a pas fourni de preuves pour étayer ses affirmations. Le DFRLab n’a pas pu trouver de preuves pour réfuter les allégations, car des déploiements militaires défensifs de systèmes anti-aériens auraient pu avoir lieu à la lumière d’une éventuelle invasion russe. Pendant ce temps, la Russie a été aperçue en train de déplacer ses propres systèmes de défense aérienne S-300 vers la frontière ukrainienne via Koursk.

Récit : une explosion fantôme à Donetsk (12 février 2022).

RT a cité des sources médiatiques locales anonymes pour signaler une explosion le 12 février à Donetsk. Quelques minutes après ce message, le média pro-russe ukrainien Strana UA a publié une capture d’écran de commentateurs en ligne discutant d’une explosion près de l’aéroport de Donetsk. Citant le chef du DNR, Denis Pushilin, la rédactrice en chef de RT, Margarita Simonyan, a ensuite confirmé que l’explosion avait eu lieu du côté ukrainien de la ligne de conflit, mais a ajouté que les correspondants de RT à Donetsk n’avaient entendu aucune explosion. RT a également publié un commentaire d’Eduard Basurin du DNR, qui a affirmé qu’il n’avait rien entendu non plus. Quelque temps plus tard, Simonyan a transmis un autre message, affirmant maintenant que tout cela était de la “désinformation ukrainienne”. Pendant ce temps, Pushilin a soutenu que la situation était sous contrôle et que l’explosion dans le territoire contrôlé par l’Ukraine aurait pu être “le tournage d’une provocation” contre le DNR, conformément aux affirmations précédentes des dirigeants du DNR et du LNR.

Les forces conjointes ukrainiennes ont publié une déclaration selon laquelle les troupes ukrainiennes respectaient le cessez-le-feu et n’avaient effectué aucun bombardement. RT avait en quelque sorte simultanément confirmé et démystifié l’incident.

Récit : Les nationalistes ukrainiens préparent des saboteurs et des militants pour mener des attentats terroristes dans le Donbass (14 février 2022).

La LNR a affirmé que l’Ukraine avait créé un réseau secret de saboteurs afin de commettre des actes terroristes et de saboter des infrastructures dans la région du Donbass, en coopération avec les services de sécurité ukrainiens. Le porte-parole militaire de la LNR, Ivan Filiponenko, a affirmé que des militants ukrainiens étaient arrivés dans le Donbass et avaient expulsé les résidents locaux de leurs maisons, et que des civils avaient fait appel aux autorités locales pour se plaindre des atrocités commises par des « radicaux » ukrainiens. Il a également affirmé que les saboteurs ukrainiens étaient formés par des instructeurs polonais et canadiens. Filiponenko n’a fourni aucune preuve à l’appui de ses affirmations.

Comment les récits mensongers ont été largement amplifiés par les médias russes.

Le DFRLab a sélectionné dix médias russes contrôlés par le Kremlin et pro-Kremlin et a examiné combien d’entre eux couvraient les récits sous fausse bannière ci-dessus. Au moins six des récits avaient été couverts par les dix médias.

Le DFRLab a également examiné les vues cumulées d’articles poussant ces récits sous fausse bannière sur les sites Web des dix points de vente et les chaînes Telegram. Des articles sur la soi-disant explosion fantôme à Donetsk ont ​​été visionnés plus de 440 000 fois, suivis d’articles sur des mercenaires polonais, qui ont recueilli plus de 345 000 vues sur les sites Web des médias et sur Telegram. En ce qui concerne l’engagement du public, des histoires sur des mercenaires américains déployant des armes biochimiques ont recueilli plus de 2 800 engagements sur différentes plateformes, suivies d’histoires sur l’explosion fantôme à Donetsk, qui a accumulé plus de 520 engagements.

L’analyse du DFRLab montre comment les médias russes renforcent activement les tensions actuelles en publiant des allégations fausses ou trompeuses d’agression ukrainienne. Bien que le Kremlin nie avoir l’intention d’envahir l’Ukraine, la situation sur le terrain et dans le paysage médiatique pro-Kremlin indique que la Russie continue de développer des prétextes potentiels pour faire exactement cela.

https://medium.com/dfrlab/how-ten-false-flag-narratives-were-promoted-by-pro-kremlin-media-c67e786c6085

Les habitants de Donetsk font la queue devant un guichet automatique après avoir reçu des ordres d’évacuation le 18 février 2022. (Source:REUTERS/Alexander Ermochenko).

Traduction et commentaires : Murielle STENTZEL.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x