“Poutine est de notre côté !”, transcription d’un interrogatoire

Voici sans doute un des articles les plus durs à traduire ( au sens technique certes, mais pas que).

Vous avez tous vu les images des manifestants Russes anti guerre dans beaucoup de villes Russes ce weekend, et sachant qu’ils risquent 15 ans de prison et des tortures, on ne peut que les respecter énormément, il faut être sacrément brave.

La transcription d’un interrogatoire d’une manifestante arrêtée le démontre. Je n’ai pas censuré la vulgarité des termes car il est important de montrer les choses dans leur cruelle réalité.

Voici donc l’article de Noveya Gazetta, le dernier média “libre” en Russie ,et sa transcription de l’interrogatoire.

Le 6 mars, le journal russe Novaya Gazeta a publié un enregistrement audio et une transcription de l’interrogatoire policier violent d’un manifestant anti-guerre, exigeant que l’affaire fasse immédiatement l’objet d’une enquête et soit commentée par le ministre de l’Intérieur. La transcription apparaît ci-dessous en anglais.

La plupart des organes d’information indépendants restants en Russie ont été fermés entre le 28 février et le 6 mars, parmi une avalanche d’autres pertes, notamment le blocage de Facebook et Twitter dans tout le pays. Un seul mot se cache derrière ce black-out massif de l’information : « guerre », un terme désormais interdit en référence à « l’opération militaire spéciale » de plus en plus horrible en Ukraine. Le premier arrêt majeur, de TV Rain, qui avait déjà été déclarée « agent étranger » en 2021, n’a pas surpris. Après le blocage de leur site Web le 1er mars, le personnel de Rain a décidé que s’ils ne pouvaient pas appeler une guerre une guerre, ils ne pouvaient pas faire leur travail. Les jours suivants, la plupart d’entre eux ont fui le pays. La fermeture la plus choquante a été celle d’Ekho Moskvy, ou Echo de Moscou, une station de radio indépendante qui a été soudainement retirée des ondes le 2 mars. Jusqu’à ce que son conseil d’administration décide de liquider la station, Ekho était sur les ondes depuis 1990, faisant c’est la plus ancienne station de radio indépendante de la Russie post-soviétique. Ce fut une décision étonnante, compte tenu de l’histoire bien connue et souvent controversée de compromis et de coopération avec les autorités de son rédacteur en chef Alexander Venediktov.

Novaya Gazeta est le plus grand média indépendant de Russie. Il est dirigé par Dmitry Muratov, qui a remporté le prix Nobel de la paix 2021. Mais le journal peut disparaître en quelques heures. Muratov a négocié pour maintenir Novaya en activité en promettant aux censeurs de ne jamais imprimer le mot « guerre » et de supprimer de son site Web tous les reportages de première ligne qu’il avait imprimés jusqu’à présent. Cette décision a été prise le 3 mars conformément à un sondage que Novaya avait ouvert à ses partisans. Le 4 mars, la Douma d’État a adopté la loi sur les “fakes news”, un décret Orwellien interdisant la diffusion de toute information sur la guerre qui n’est pas basée sur sa propagande officielle. Les contrevenants encourent jusqu’à quinze ans de prison. Ce jour-là, Novaya a publié la déclaration suivante :

Les informations « intentionnellement fausses » désignent les informations sur les prisonniers de guerre, les victimes et les bombardements de civils en Ukraine. On nous a demandé de faire comme si rien de tout cela ne s’est jamais produit. . .

[Cependant,] le fait est que nous sommes parmi la poignée de salles de rédaction restantes dans le pays capables de réaliser et de publier des reportages approfondis. Il n’y a plus personne d’autre ici pour le faire. Nous resterons donc jusqu’au bout.

Nous ne serons pas détenus ou envoyés dans les camps. Nous ne fuirons pas vers l’Europe ou la Géorgie. Nous resterons en Russie, c’est notre pays. . .

Malheureusement, dès que Poutine aura signé ces lois sur la censure en temps de guerre [il l’a fait  maintenant], nous devrons cesser de publier tous les reportages du front.

Nous avons extrêmement honte d’accepter cela alors que nos amis, parents et connaissances vivent un enfer absolu en Ukraine. Des deux côtés du conflit. Mais il serait encore plus honteux d’arrêter complètement de publier. La censure en temps de guerre ne s’étend pas à la guerre qui se déroule dans notre pays.

Les 5 et 6 mars, Novaya Gazeta a tenu cette promesse en publiant des comptes rendus détaillés des manifestations anti-guerre du week-end et des brutalités policières qui ont suivi. Leur couverture a culminé avec la transcription suivante de l’interrogatoire de police d’Aleksandra Kaluzhskikh, une manifestante de 26 ans. « Ils m’ont frappée sur les jambes », a déclaré Kaluzhskikh à la chaîne Sota, « et sur l’arrière de la tête. Ils ont versé de l’eau sur moi. Ils ont arraché mon masque, retiré mon téléphone de mes mains et l’ont jeté contre le mur, deux fois. À la fin, ils l’ont ramassé et ont effacé leurs empreintes digitales. Ils m’ont attrapée et m’ont tirée par les cheveux. M’ont  traitée de tous les  noms. Il y avait deux jeunes femmes dans la pièce avec nous et elles ont juste regardé cette torture se produire. Kaluzhskikh a ensuite été remise en liberté.

La publication de cet interrogatoire par Novaya s’est accompagnée d’un appel de Dmitry Muratov pour que le cas de Kaluzhskikh fasse l’objet d’une enquête et soit commenté par le ministre de la Défense. Ce qui suit n’est pas seulement un document, mais un défi direct et explicite au gouvernement russe.

Voix d’hommes : Entrez [inaudible].

Officier masculin [désormais MO] : Nom de famille ?

Aleksandra Kaluzhskikh [désormais AK] : Kaluzhskikh, Aleksandra Alexandrovna.

Officier [désormais FO] : Résidence légale ?

AK : Euh, comment dire, eh bien, voyez, le 51 [un article de la Constitution russe protégeant contre l’auto-incrimination].

FO : [rires] Très bien. Numéro de téléphone? C’est pour que nous puissions vous appeler et vous convoquer à votre rendez-vous d’audience. Cette fois, ne soyez pas stupides.

AK : Umm, non, je veux que ma convocation soit envoyée par la poste.

FO : Où aller ?

AK : Umm, où je suis inscrite.

FO : Okaaay, ton lieu d’études ?

AK : La 51e.

(Bruit d’Aleksandra frappée.)

MO : Vous allez avoir un petit bleu maintenant. Allez, lève-toi, c’est l’heure de parler, non ? Euh-hein. Ouais.

(Le bruit d’un autre coup.)

AK : [juron non censuré exprimant une extrême inconnue face au bruit de la force de la frappe] [inaudible], pour être honnête.

MO : Alors, allons-nous pouvoir avancer ?

(Aleksandra exhale.)

MO : Ou est-ce que ce sera le 51e ?

AK : Est-ce normal de poser ce genre de questions à une jeune femme ?

FO : C’est normal.

Tout le monde : [inaudible]

MO : Regardez vos putains de seins, comme des putains de mamelles qui traînent ! Regarde-toi, bon sang. Putain de singe !

FO : Lieu d’études . . .

MO : Je vais continuer !

FO : Votre lieu de travail ou d’études ? Travaillez-vous?

MO : Répondez à quelques questions simples et marchez. Maintenant votre téléphone. . . Donnez-nous le numéro et ils vous appelleront. . . avec les convocations. Le juge suppléant vous appellera. Continuons dans le même sens.

(Aleksandra soupire.)

MO : Oui ou non ?

AK : Mais j’ai déjà répondu.

MO : Vous savez quoi ? Que cherchez-vous ici ? Eh bien, nous y arriverons. . . Nous sommes déjà là. . . Merde, tout le monde est déjà venu ici, et a tout craché ici. Quel est ton but? Je te le dis, je suis juste, merde, je vais tout additionner de façon exponentielle. On s’en fout. Nous allons . . .

AK : Vous me menacez ?

MO : Oui ! je te menace ! Je te menace de violence physique !

AK : C’est inconfortable. . .

FO : Quel âge as-tu ?

AK : Euh, 26 ans.

FO : Quelle est votre taille, environ ?

AK : Je ne sais pas. . .

MO : Lève-toi !

FO : Votre lieu de travail ?

MO : Environ un mètre soixante-dix-huit.

FO : Travaillez-vous ?

MO : Êtes-vous officiellement employée ?

AK : Je refuse de répondre.

FO : Où avez-vous entendu parler de la manifestation ? !

Voix masculine inconnue : Première fois, putain, bien sûr. . .

AK : Oh mon dieu. . .

FO : Où avez-vous entendu parler de la manifestation ?

AK : Je ne sais pas. . .

FO : Quoi ?

AK : La 51e. . . Écoute, tu sais ce qui est inconfortable ? Je n’ai pas de soutien-gorge. . . Ne me regarde pas, s’il te plaît.

Voix d’homme : C’est pas comme s’il y avait quoi que ce soit à regarder, merde.

AK : Oh, eh bien merci.’ ( ironique).

(Le bruit d’un coup).

AK : OK, tu m’as frappée. . .

(Le bruit d’un autre coup.)

AK : Tu m’as frappé à la tête, au visage avec une bouteille d’eau.

MO : Et ?

AK : Oh, merde. (Aleksandra expire).

MO : Je pense que cà la fait jouir qu’on la batte !

Officier #2 [désormais MO2] : Pourriez-vous la regarder ? . .

MO : Ouais, cette merde. Putain de perdante. Quoi, tu penses qu’on va avoir des ennuis pour ça ? Poutine nous a dit de tuer tous ces abrutis. C’est ça! Poutine est de notre côté ! Vous êtes les ennemis du peuple russe, OK, putain d’ennemis de l’État. Je vais te tuer putain, OK, et c’est tout. Achevée. Et puis ils nous donneront aussi un prix pour cela.

FO : Quelle couleur d’yeux ?

MO : Marron clair.

FO : Lieu de travail ?

AK : Je refuse de répondre conformément à l’article 51 de la Constitution.

MO : Ce n’est pas un interrogatoire. Nous ne faisons que remplir les formulaires ici.

AK : Mais je vous ai déjà tout dit.

MOI : Bien. [Suggestivement] Hé, Lyosh.

MO2 : Ouais ?

AK : Aïe, mes cheveux, ça fait mal !

MO : [chantant de façon moqueuse] Ça fait mal, ça fait mal.

(Sons peu clairs.)

MO : Elle ne s’est pas lavée depuis une semaine ! Ils sont tous comme ça ! Regardez-les tous !

AK : Mais nous sommes ici depuis plus de trois  (semaines ? )[inaudible] !

MO : Plus de trois [inaudible], merde, putain. On travaille depuis plus de vingt-quatre heures, putain, putain. Il y a quelques . . . Vous devez avoir une certaine estime de vous-même.

FO : Où avez-vous entendu parler de la manifestation ? !

AK : Ugh, je refuse de répondre, le 51e.

FO : Putain, à quoi ça sert, je ne comprends pas.

Deuxième voix de femme : Je ne comprends pas non plus.

FO : Vous êtes tous tarés dans votre tête ! Vous êtes tous des merdes tarées !

AK : Un homme me bat et c’est moi qui suis une merde ?

FO : Ouais ! Ouais!

AK : Je vois !

MO : Très bien, nous devons poser la règle juste ici [inaudible]. (NDLT : je suppose une règle pour taper sur les doigts, çà n’est pas clair).

MO2 : C’est vrai, les doigts [inaudible].

FO : Putain tu vis dans ce pays, merde, merde.

AK : Vous parlez de m’électrocuter en ce moment ?

MO2 : Uh-huh, c’est vrai, nous devrons atteindre 220 volts.

MO : Lève-toi, une fille va te prendre en photo maintenant, vas-y. . .

AK : Non, je refuse d’être photographiée.

MO : Non, il faudra le faire.

AK : Non, il n’est pas nécessaire de le faire.

MO : Allez, allez, lève-toi, lève-toi.

AK : Ne me frappez pas.

MO : Vas-y, tiens-toi là-bas.

AK : Je ne vais pas aller me tenir là-bas, je refuse d’être photographiée. Je signerai un refus d’être photographiée.

FO : Allez-y. . .

MO : Ça y est, vous n’avez plus de téléphone. [inaudible]

(Le bruit d’un objet heurtant une surface dure.)

MO : Ca s’est envolé. Comme un ballon de foot ! Vous n’en aurez plus besoin ! C’est cassé maintenant. Vous avez décidé de ne plus en avoir . .

AK : Allez-vous rédiger un mandat de saisie ?

MO : Pourquoi aurais-je besoin d’un mandat de saisie ?

AK : Vous venez de casser mon écran de téléphone. . .

MO : C’est arrivé comme ça, c’était un accident.

AK : C’est tombé par accident ?

MO : [inaudible] C’est arrivé et il a glissé. J’ai trois propres témoins [inaudible].

AK : Oh, vous ne l’avez même pas brisé, merci.

MO : Debout !

(Des bruits. Des gens marchent quelque part dans les couloirs. Les sons des gémissements d’une femme et les échos de l’espace.)

MO : Yakovleva !

AK : Ah. . . [soupirs]

Yakovleva [désormais Y] : Manque-t-il quelque chose ? Est-ce illisible ?

Officier #3 [désormais MO3] : C’est une copie, n’est-ce pas ?

Y : Oui, c’est une copie.

MO3 : Avez-vous l’original ?

Y : Quoi ?

MO3 : Avez-vous l’original ?

Y : Alors vous dites que c’est une copie, c’est ça le problème ?

MO3 : Non, tu vois, j’ai besoin du document original, OK, qui prouve ton identité, pour qu’on sache que tu es toi. Une copie n’est pas un document. Pas que je m’en soucie de toute façon.

(Voix d’hommes.)

Y : Je vais le lire, qu’est-ce que tu veux de moi ? Je ne pourrai pas le signer. Puis-je me familiariser avec cela? Il y a juste beaucoup de gens qui vous mentiront en face, et pour être honnête, je ne leur fais pas confiance.

(AK pleure fort sur l’intégralité de l’audio suivant. Une télévision est allumée en arrière-plan : des informations sur le gaz naturel en Europe et en Ukraine.)

MO3 : . . . signez ces formulaires, s’il vous plaît. . . ,

Y: Aidez moi ici, laissez-moi d’abord lire ce que vous avez écrit sur moi.

MO3 : . . . écrivez vos informations ici. . .

Y: Non, je ne travaille nulle part officiellement, je ne suis à l’école nulle part officiellement.

MO3 : Entrez simplement vos informations.

(AK sanglote.)

MO3 : Avez-vous l’original ?

Y : Quoi ?

MO3 : Avez-vous l’original ?

Y : Alors vous dites que c’est une copie, c’est ça le problème ?

MO3 : Non, tu vois, j’ai besoin du document original, OK, qui prouve ton identité, pour qu’on sache que tu es toi. Une copie n’est pas un document. Pas que je m’en soucie de toute façon.

(Voix d’hommes.)

Y : Je vais le lire, qu’est-ce que tu veux de moi ? Je ne pourrai pas le signer. Puis-je me familiariser avec cela? Il y a juste beaucoup de gens qui vous mentiront en face  et pour être honnête, je ne leur fais pas confiance.

(AK pleure très  fort sur l’intégralité de l’audio suivant. Une télévision est allumée en arrière-plan : des informations sur le gaz naturel en Europe et en Ukraine.)

MO3 : . . . signez ces formulaires, s’il vous plaît. . . ,

Y: Allez , soyez sympa, laissez-moi d’abord lire ce que vous avez écrit sur moi.

MO3 : . . . écrivez vos informations ici. . .

Y: Non, je ne travaille nulle part officiellement, je ne suis à l’école nulle part officiellement.

MO3 : Entrez simplement vos informations.

(AK sanglote.)

“Putin’s on Our Side!”

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x