Résolution pour 2022 : ne pas laisser les extrémistes nous définir

Il y a quelque jours, comme je sacrifiais à la tradition moderne de poster une photo de mes cadeaux de Noël sur Facebook, voilà que quelqu’un m’apostrophe : “Napoléon ? C’est pour faire du Zemmour ?” J’ai mis un moment à réaliser : en effet, il y avait un bouquin d’histoire, un Dictionnaire des batailles de Napoléon

J’ai rapidement répondu, avec un smiley pour faire descendre un peu la tension : “Même pas dans ses rêves.”

couverture : Dictionnaire des batailles de Napoléon

N’empêche que ça m’a donné à penser. Ainsi, parce qu’un polémiste haineux s’empare de quelques images d’Épinal historiques et les transforme en business juteux, il faudrait s’abstenir désormais de s’intéresser à certaines périodes ? Ou peut-être à l’histoire en général, tant qu’à faire ? C’est donner bien du pouvoir à un personnage qui n’a quand même pas l’infectivité du variant Omicron.

Et se précipiter pour réagir sur les sujets qui excitent l’extrême-droite, surtout dans les termes mêmes qu’utilise l’extrême-droite, c’est une autre façon de leur donner du pouvoir sur vous, de leur laisser définir le champ de ce que vous pouvez ou ne pouvez pas dire. Un cadeau démesuré à faire à des adversaires politiques…

C’est pourtant le piège dans lequel Valérie Pécresse s’est engouffrée ce week-end en emboîtant le pas de Marine Le Pen et Éric Zemmour au sujet du drapeau européen, exceptionnellement hissé sous l’Arc de Triomphe pour célébrer le début de la présidence française du Conseil de l’Union Européenne au 1er janvier. Pour être précis, il n’y a en temps ordinaire aucun drapeau sous l’Arc. Le drapeau tricolore y flotte pour les cérémonies, et parfois déjà aussi le drapeau européen, comme en 2008, lorsque la France avait pour la première fois présidé l’UE. C’était sous Sarkozy, et une certaine Valérie Pécresse était au gouvernement…

Pour citer le grand historien américain Timothy Snyder, qui a étudié les mouvements autoritaires du XXe siècle et en tirait en 2019 des conseils pour survivre à l’ère Trump : “N’obéissez pas à l’avance.”

Une excellente leçon d’autodéfense intellectuelle. Si j’ai un souhait pour cette année 2022, c’est que toutes les personnes de bonne volonté la gardent à l’esprit.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x