Un journaliste français infiltre la campagne du candidat d’extrême droite Éric Zemmour, par Jon Henley

Depuis des mois, sur ce site , nous alertons sur Zemmour, ses mensonges, ses méthodes pas claires, son allégeance à  Poutine, son révisionnisme et sa toxicité réelle pour notre pays. J’ai même personnellement fait le parallèle avec Farage , pour bien des raisons. Comme Farage, sa campagne est ciblée sur l’immigration, avec falsification des chiffres et données, des mensonges éhontés, le blâme permanent de l’UE et de l’OTAN ( les deux bêtes noires de Poutine) . Au Royaume Uni, il fut prouvé que Farage avait utilisé tout au long de sa campagne des vidéos issues de RT (Russia Today, des images dont celle de son fameux poster Breaking Point) . Le but étant d’amener les gens à sortir de l’UE pour mettre tous les étrangers dehors.  Zemmour poursuit le même but, et la finalité est la même. Zemmour ou Le Pen, nous sortiraient de l’UE et de l’OTAN, nous laissant très vulnérables face aux grandes puissances hostiles , la Russie, qui ne ferait qu’une bouchée de nous, après avoir bien utilisé ses marionnettes à sa botte.

J’ai aussi écrit bien des articles, ici et ailleurs sur la manipulation de masse pour amener l’extrême droite au pouvoir , et démontré comment des millions de faux comptes Russes (48 millions sur Twitter, étaient principalement en action sous les comptes extrême droite pour influencer les tendances et gonfler artificiellement  ces comptes.

La désinformation à échelle gigantesque via les comptes bots

 

How Farage’s Campaign Colluded with Putin to Weaponise Hate and Islamophobia

Pendant 4 mois, il s’est infiltré au sein de Génération Z. Cellule fantôme pour “Zemmouriser” Wikipédia, propos racistes des militants et des responsables du parti. Le journaliste Vincent Bresson raconte les dessous de la campagne d’Éric Zemmour.

 

Voici la traduction ci dessous de l’article de Jon Henley pour The Guardian.

Un journaliste français infiltre la campagne du candidat d’extrême droite Éric Zemmour

Exclusif: Vincent Bresson dit avoir été témoin de racisme ordinaire et de publications déguisées /banalisées par «l’armée fantôme de Facebook» du candidat Zemmour.

Un journaliste infiltré dans l’équipe présidentielle d’Éric Zemmour a affirmé avoir été témoin d’une culture de racisme banalisé et d’une campagne secrète en ligne impliquant une “armée de l’ombre sur Facebook” et des réécritures répétées de la page Wikipédia du polémiste d’extrême droite, la plus consultée en France.

Vincent Bresson, 27 ans, dit avoir passé plus de trois mois en tant que membre de plus en plus accepté et proche de la “Génération Z”, comme on appelle le groupe des jeunes supporters de Zemmour. Il a déclaré avoir été témoin de multiples remarques racistes de la part de bénévoles et de cadres supérieurs.

“Officiellement, si vous êtes noir ou d’origine arabe, Zemmour croit à ‘l’assimilation’ : travaillez dur, adaptez-vous à la ‘culture française’, et vous pouvez être français ‘comme les autres'”, a déclaré Bresson, un journaliste indépendant qui a écrit pour des publications dont Le Monde.

« En réalité, il semble que certains zemmouristes vous verront toujours comme ‘moins français’. Et ce sont soi-disant les visages les plus modérés et publiquement acceptables de la campagne. Je pense que cela pose de sérieuses questions sur les promesses d’égalité de traitement pour tous sous une présidence Zemmour.

Zemmour, un expert des médias qui promeut la théorie d’extrême droite du “grand remplacement” selon laquelle les immigrés musulmans supplantent les populations des pays européens, nie être raciste mais a deux condamnations pour discours de haine raciste et fait appel contre une troisième.

A moins de deux mois du premier tour de scrutin, il est en lice pour la troisième place dans les sondages avec la candidate de droite Les Républicains Valérie Pécresse, derrière la leader d’extrême droite du Rassemblement national, Marine Le Pen, et le président sortant, Emmanuel Macron. Bresson a déclaré dans une interview qu’il avait décidé d’infiltrer la campagne de Zemmour car “il y avait au moins une chance qu’il soit président”.

Lors de sa première soirée avec un groupe de jeunes militants posant des affiches en octobre dernier, Bresson raconte dans son livre Au Coeur de Z paru jeudi, “l’un d’eux a utilisé le mot ‘nègres’, et personne n’a sourcillé ».

À une autre occasion, un bénévole a plaisanté à propos d’un chauffeur noir livrant des tracts de campagne : « S’il savait ce qu’il transportait ». Un rare partisan de Zemmour d’origine arabe s’est fait dire par un autre militant qu’il ne pourrait jamais lui vendre son appartement, “pas avec ta figure , (NDLT : çà doit être la version politiquement correcte dans le texte je présume).

Il dit avoir également été témoin d’une conversation entre deux membres seniors de l’équipe qui ont fait référence à des gardiens de parking noirs au parc des expositions de Villepinte près de Paris, où Zemmour a organisé son premier rassemblement de campagne en décembre dernier, sous le nom de “Mamadou”, un prénom africain francophone parfois utilisé en France. pour qualifier un ouvrier noir et reconnu comme une insulte raciste.

Bresson a déclaré qu’il avait ciblé Génération Z comme le moyen le plus simple d’entrer dans la campagne de Zemmour, car en tant que “jeune homme blanc, diplômé d’université, appelé Vincent – un nom dans le calendrier chrétien – et élevé catholique, je ressemblais à une recrue plausible”. Zemmour a affirmé que s’il était élu président, il interdirait aux familles de donner aux enfants des prénoms non français, ce qui signifie que les gens ne pourraient plus appeler leurs fils Mohammed “mais seraient autorisés à l’utiliser comme deuxième prénom”.

Bresson a déclaré qu’il était étonné de la rapidité avec laquelle il avait été intégré au groupe, passant d’opérations de collage d’affiches tard dans la nuit ou tôt le matin, à rejoindre des équipes d’activistes explorant les médias sociaux à la recherche de menaces potentiellement graves pour la sécurité de Zemmour.

Il a également été promu sur une liste «d’élite» de personnes de confiance chargées de dormir au siège de campagne de Zemmour, rue Jean Goujon, dans le 8e arrondissement de la capitale, agissant comme agents de sécurité en échange d’un livre signé, d’une photo ou d’un déjeuner avec «Z».

“J’ai été étonné du manque de sécurité”, a déclaré Bresson. “J’ai changé de nom de famille et inventé un travail dans les relations publiques, mais jamais mon identité n’a été vérifiée. Souvent, j’aurais pu fouiller le bureau de Zemmour, par exemple – mais je ne l’ai jamais fait. Je suis un journaliste, pas un espion.

Bresson a également rejoint la campagne en ligne secrète très sophistiquée de Zemmour, menée via des groupes de discussion Telegram cryptés par le directeur de la stratégie numérique du candidat, Samuel Lafont. “Ce n’est pas du tout public, c’est secret”, a-t-il déclaré. “Ce n’est pas une campagne politique transparente.”

Le livre décrit comment une «armée de l’ombre» de centaines de volontaires Zemmour est chargée de rejoindre un vaste éventail de groupes Facebook divers, allant des fans du défunt rockeur français Johnny Hallyday aux supporters des clubs de football de Lens ou de Lyon en passant par les amateurs de pizza, anti- vaxxers et mouvements de protestation radicaux.

« On leur demande de réunir , autant que possible, du contenu pro-Zemmour – articles, vidéos, liens vers le site de ses supporters – et en demandant ce que les gens pensent de lui. Inondant Facebook, commentant et réagissant autant et aussi souvent qu’ils le pouvaient, améliorant constamment le profil de leur candidat », a déclaré Bresson.

« Ils peuvent copier-coller du matériel à partir d’un site de campagne central ; ils peuvent publier exactement le même contenu dans 20 groupes différents. Il s’agit de créer une impression d’un grand nombre de personnes, d’un mouvement en ligne massif.

Le livre relate aussi comment des bénévoles sont sollicités pour des campagnes de masse, orchestrées par Lafont, visant à assurer que les hashtags pro-Zemmour – comme #STOPcensure (#STOPcensorship), quand le compte Instagram du candidat a été brièvement suspendu en août dernier – tendance sur Twitter, attirant couverture médiatique.

Une autre unité, baptisée « WikiZédia », est chargée d’éditer les entrées Wikipédia relatives à Zemmour, notamment la page individuelle du polémiste, qui a été vue 5,2 millions de fois en 2021, ce qui en fait la page de l’encyclopédie en ligne la plus consultée en France.

Dans un document de stratégie en ligne vu par Bressson, les membres de WikiZédia sont censés rendre Zemmour “aussi visible que possible sur Wikipédia” en créant un lien vers son entrée et en citant ses opinions sur autant de sujets que possible, ainsi qu’en répertoriant ses apparitions à la télévision.

Un militant s’est également engagé dans le révisionnisme en ligne pour soutenir l’affirmation de Zemmour, réfutée par les historiens, selon laquelle, pendant la Seconde Guerre mondiale, le régime collaborationniste de Vichy en France a tenté d’aider les Juifs français plutôt que de les envoyer dans des camps de la mort, écrit Bresson.

L’activiste, un contributeur respecté de Wikipédia, a inséré des photos du chef de Vichy, Philippe Pétain, et du Premier ministre, Pierre Laval, sur la page Wikipédia de Zemmour, ajoutant que leur “responsabilité pour la Shoah en France est débattue”.

Bresson cite un haut responsable de Wikipédia français, Jules, qui a déclaré que les activités de WikiZédia étaient “sans précédent” pour un parti politique en France et contrevenaient aux principes fondamentaux d’objectivité et de neutralité du site.

Lafont a confirmé jeudi les efforts pour « améliorer » les pages de Zemmour, qui, selon lui, étaient « faussées… par les changements apportés par la gauche », insistant sur le fait que c’était « le jeu Wikipédia ». C’est une encyclopédie participative. C’est normal que tout le monde participe. » Il n’a pas commenté les allégations selon lesquelles un contributeur principal de Wikipédia était un militant de Zemmour.

Au Coeur du Z a mis six mois à voir le jour, de l’idée à la publication et est publié aux Éditions Goutte d’Or, dont les autres reportages clandestins ont également défrayé la chronique. Son manuscrit était, jusqu’à la fin de la semaine dernière, entre les mains de l’un des meilleurs avocats français des médias.

L’un des éditeurs du livre, Geoffrey Le Guilcher, a déclaré qu’une action en justice contre le livre par Eric Zemmour était une possibilité, mais la société était convaincue qu’il n’y avait “absolument rien de faux ou d’invérifié” dans le récit de 300 pages de Bresson.

“Il s’agit de s’infiltrer pour plus de transparence”, a-t-il déclaré. « Éric Zemmour est le seul candidat à la présidentielle condamné pour discours de haine raciste. L’activité en ligne de sa campagne est pour le moins amorale. C’est un sujet d’intérêt public.

Traduction et commentaires d’introduction : Murielle STENTZEL.

https://www.theguardian.com/world/2022/feb/17/french-reporter-infiltrates-campaign-of-far-right-presidential-candidate-eric-zemnour-france?s=09

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x