La 5ème colonne russe est implantée partout (y compris en France)

La 5ème Colonne Russe est bien implantée un peu partout (  Rapport d’enquête d’experts politiques du Congrès Américain , traduit par moi).

Poutine essaie maintenant d’exporter sa marque de leadership.

Il a formé une alliance avec de nombreux partis politiques d’extrême droite européens et leurs dirigeants, qui ont toujours adhéré aux intérêts russes même lorsque cela contredit certaines de leurs positions passées. Ce soutien de Poutine est difficile à expliquer à moins qu’il ne soit en échange du soutien a la fois  public et secret de Poutine. Ces partis d’extrême droite capitalisent sur les crises économiques et sécuritaires en Europe pour gagner un soutien populaire et fonctionnent désormais comme une cinquième colonne qui sape l’ordre libéral occidental de l’intérieur. Le soutien indéfectible du président Donald Trump à Poutine et sa poursuite de politiques qui font progresser les objectifs de la Russie montrent des similitudes troublantes avec l’extrême droite européenne qui sont tout aussi difficiles à rationaliser.

Ce rapport examine les efforts de la Russie pour soutenir les partis d’extrême droite en Europe, identifie les motivations idéologiques et stratégiques de ses actions; et fournit des études de cas sur sept partis politiques dans six pays qui ont organisé des élections récemment ou qui les organiseront l’année prochaine. Le rapport comprend également les principales conclusions et recommandations qui sont résumées ci-dessous.

Les opérations d’influence secrète de la Russie ne sont pas simplement des méfaits. Il s’agit plutôt d’une stratégie délibérée pour atteindre ses objectifs de politique intérieure et étrangère par des moyens non conventionnels bénéficiant du soutien idéologique, politique et stratégique d’un large éventail de personnalités intellectuelles, gouvernementales et militaires russes de premier plan.

La Russie déploie une gamme d’outils pour aider ses partenaires désignés, des actions qui vont de la pratique relativement bénigne de soutenir et enjoliver  le profil des dirigeants d’extrême droite européens ,à la désinformation, la propagande, le financement illicite présumé et les opérations d’influence secrète.

La Russie, en retour, obtient un niveau de soutien remarquablement constant de la part de ces dirigeants nationalistes d’extrême droite, qui louent tous Poutine comme un leader fort et promeuvent les objectifs de la politique russe, même si cela va à l’encontre de leurs propres intérêts nationaux et histoire de soutenir des actions similaires non liées à la Russie.

La base idéologique du soutien russe à l’extrême droite européenne.

L’intellectuel russe Alexander Dugin est le principal architecte de l’impérialisme néo-russe appelé eurasisme. Dans une série de conférences, d’articles et de livres, Dugin a cherché à «réhabiliter le fascisme en Russie». Il a emprunté des théories politiques obscures des XIXe et XXe siècles, a adopté une interprétation sympathique du nazisme qui tente de le séparer de l’Holocauste et a cherché à contrecarrer ce que lui et beaucoup de Russes croient être une conspiration menée par les États-Unis pour contenir la Russie. Dugin a appelé à un «printemps russe» et à la domination de l’Europe à travers l’Ukraine.

L’eurasisme prend ces fondements idéologiques et les superpose à une interprétation géographique du conflit politique. Pour Dugin, la majeure partie de l’histoire peut être regroupée dans un conflit entre une alliance maritime plus libérale, appelée Atlantide, contre les sociétés eurasiennes terrestres conservatrices. Ceci est étonnamment similaire aux États totalitaires dystopiques fictifs d’Océanie et d’Eurasie dans 1984 de George Orwell. Ce n’est pas un hasard, car Orwell et Dugin se sont inspirés de théoriciens historiques similaires, bien qu’Orwell ait vu avec horreur ce sur quoi Dugin cherche à construire.

Dugin a commencé à construire un réseau de contacts entre l’extrême droite européenne à la fin des années 80 et au début des années 90. Il s’est rendu en France en 1989, puis à nouveau en 1992 et a noué des liens avec le Front national de Jean-Marie Le Pen, encore jeune à l’époque. Dugin a organisé des conférences avec des responsables du Front national dans les années 1990 et 2000, et un fonctionnaire a même rejoint le Comité de rédaction de son journal, Elementary. Les liens de Dugin avec l’extrême droite italienne sont plus étendus, avec des liens étroits entre l’Italie et la Russie pendant le mandat du Premier ministre italien Silvio Berlusconi «permettant la synergie entre les groupes d’extrême droite italiens et russes.

Les motivations de Poutine pour soutenir l’extrême droite européenne.

Le président russe Vladimir Poutine n’est pas un idéologue radical. C’est un homme fort impitoyable qui, au cours de ses deux premiers mandats en tant que président, était plus défini par le pragmatisme que par l’insouciance. Et ce n’est pas complètement parti – la Russie a travaillé simultanément avec les États-Unis et d’autres puissances occidentales pour obtenir l’accord nucléaire iranien, et au même moment, Poutine était impliqué dans une confrontation majeure avec ces mêmes puissances sur les actions de la Russie en Ukraine et en Crimée. Cette différenciation des approches avec les puissances occidentales montre que Poutine a toujours une tendance pragmatique.

Le deuxième objectif de Poutine est d’utiliser ces partis d’extrême droite pour affaiblir le consensus politique en Occident et saper les institutions qui soutiennent l’ordre international libéral que la Russie considère comme une menace. Comme l’écrit Antonis Klapsis du Wilfried Martens Center for European Studies, «les partis d’extrême droite pro-russes peuvent jouer le rôle de chevaux de Troie pour le Kremlin dans ses tentatives de saper la cohésion interne de l’UE et de l’OTAN».  Pas besoin de regarder plus loin que la campagne couronnée de succès de Nigel Farage, pro-russe, et de son parti pour l’indépendance du Royaume-Uni pour amener la Grande-Bretagne à se retirer de l’Union européenne. 

Partis politiques d’extrême droite européens pro-russes.

Certaines des activités de la Russie en faveur des partis politiques d’extrême droite se déroulent au grand jour et sont généralement des formes tout à fait légitimes d’engagement international, même si elles promeuvent des politiques et des messages incompatibles avec les valeurs démocratiques libérales. Le Kremlin organise de grandes conférences internationales, principalement en Russie, pour rassembler des dirigeants politiques partageant les mêmes idées de tout le continent afin de partager des stratégies, des messages et des tactiques. Il cherche à mettre en avant et promouvoir les dirigeants d’extrême droite – et à obtenir une certaine couverture politique – en les invitant à des réunions de haut niveau avec des dirigeants russes. Il donne du temps d’antenne aux politiciens d’extrême droite sur ses chaînes de télévision. Et il a même fourni un financement indirect dans certains cas.

La Russie s’engage fréquemment dans des opérations d’influence et de propagande visant le débat public et le processus politique. Des campagnes de désinformation utilisant de faux arguments /documents sont également parfois utilisées. De plus, il y a des allégations selon lesquelles plusieurs partis politiques européens d’extrême droite reçoivent un financement secret de la Russie, bien qu’aucune preuve publique n’ait émergé pour prouver ces accusations et les parties impliquées le nient. [sauf Le Pen qui n’a pas honte].

Ce qui découle de ces activités est un alignement frappant entre ces partis d’extrême droite en faveur des objectifs russes. Il y a des éloges quasi universels de Poutine en tant que leader fort. Chacun de ces partis dénigre sa direction politique intérieure et ses institutions européennes dans un langage étrangement similaire. Ils soutiennent tous la levée des sanctions de l’UE contre la Russie, même s’il y a peu de preuves, voire aucune, de leur opposition à d’autres sanctions de l’UE, ni d’indication claire des avantages pour leur propre pays. Ces parties accusent l’Union européenne et l’OTAN d’avoir précipité la crise ukrainienne. Ils soutiennent les actions de la Russie en Syrie et sa prétendue lutte contre l’État islamique. Des chercheurs de l’Institut pour la Russie moderne ont calculé que les membres du Parlement européen, ou eurodéputés, qui appartiennent au groupe pro-russe Nations et libertés des députés européens au Parlement votent en faveur des intérêts russes 93% du temps.

Il y a beaucoup trop de cohérence dans ces positions entre ces partis pour que cela soit simplement le résultat de la convergence idéologique ou de l’admiration pour le style de leadership de Poutine. Lorsqu’il est évalué dans le contexte de l’interprétation par le Kremlin des révolutions de couleur et du printemps arabe, il semble qu’il existe une stratégie de soutien ouvert et secret de la Russie aux partis d’extrême droite qui deviennent alors une cinquième colonne aidant à faire avancer les principaux objectifs russes de l’intérieur des adversaires Europeens de la Russie.

Front National RN

Le Front national français, ou FN, est le parti aligné avec la Russie peut-être le plus proche  d’arriver au pouvoir en Europe.

En 2002, le fondateur du FN, Jean-Marie Le Pen, père de Marine, atteint le deuxième tour mais perd finalement  face au conservateur Jacques Chirac lors du second tour.

Jean-Marie Le Pen forme le parti en 1972 en tant qu’héritier des nazis. collaborant à l’époque de Vichy sur une plate-forme manifestement antisémite et raciste. L’aîné des  Le Pen a ses propres liens avec la Russie, gagnant le soutien de l’ultranationaliste russe Vladimir Zhirinovsky et, comme indiqué ci-dessus, de nombreux responsables du FN se sont engagés avec Alexander Dugin dans les années 1990.Pour sa part, Marine a cherché à réformer l’image du FN et a utilisé un combat très médiatisé avec son père pour ses commentaires répétés minimisant la Shoah et louant Vichy France comme un moyen de l’expulser du parti.

Marine Le Pen s’est rendue en Russie en 2013 et 2014, rencontrant le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine et le président de la Douma d’État – le parlement russe – Sergueï Narychkine, lors du premier voyage. Il a été rapporté en France qu’elle avait rencontré Poutine en secret. en février 2014, bien que cela n’ait pas été confirmé. Cependant, le FN a reçu un prêt essentiel en 2014 d’une banque russe pour l’aider à financer sa campagne électorale municipale .

Les positions de politique étrangère de Marine Le Pen ont toujours été entièrement conformes à celles de la Russie. Elle a soutenu ses actions en Crimée, affirmant que si elle était élue présidente, la France reconnaîtrait le contrôle de la Russie sur le territoire.Elle a soutenu les actions de la Russie en Syrie et a suggéré qu’en tant que présidente, elle formerait une alliance franco-russe pour lutter contre l’État islamique.  Et elle s’était  engagée à organiser un référendum en France sur le retrait de l’Union européenne et a menacé de se retirer de l’OTAN. [ Elle ne mentionne plus le mot Frexit après le désastre évident du Brexit, pour ne pas attaquer frontalement ceux de son électorat qui seraient pro EU , elle emploie les doux euphémismes de sortir des traités européens, et ne nous y trompons pas, une fois élue, nous sortirait de l’EU  – NDLT*].

Elle a fait l’éloge à plusieurs reprises du leadership de Poutine, déclarant en 2014: «Je pense que (Poutine) place les intérêts de la Russie et du peuple russe en premier … On dit beaucoup de choses sur la Russie parce que pendant des années, elle a été diabolisée sur ordre des États-Unis.» Marine Le Pen a même défendu la Russie contre les allégations de piratage lors des élections américaines de 2016, déclarant en janvier 2017: «Je ne pense pas qu’il y ait de preuves sérieuses derrière ces allégations de cyber-attaques. Nous ne devrions considérer que de vraies révélations. En tout cas, on ne peut pas dire que c’est [Moscou] qui était à l’origine de cette cyber-attaque.

Les médias russes ont travaillé dur  pour aider Le Pen à accéder   au pouvoir alors qu’elle était en lice avec le candidat centriste  Emmanuel Macron.  Les médias d’État russes ont été  partout – et ont  été à l’origine  des rumeurs selon lesquelles Macron a eu une liaison extraconjugale avec un homme. Et même le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s’est inséré dans la course,  soutenant la rumeur du  média russe Izvestia  suggérant que Macron est un agent américain et a des liens avec Hillary Clinton.

La  Russie a tout mis  en œuvre pour aider Le Pen à gagner en 2017. Elle essaie toujours, un article très complet du Financial Times  faisait état du mouvement des Gilets Jaunes , mouvement fondamentalement anti Macron,  tout en osmose avec la ligne stratégique du Kremlin. Il a échoué à  la mettre au pouvoir en 2017, mais il investit toujours et essaie toujours.

https://www.americanprogress.org/article/russias-5th-column/

 

Nota Bene : L’article est très long car il s’agit d’une veritable enquête . J’ai donc traduit l’essentiel pour démontrer ce que je ne cesse de répéter depuis mon retour en France. Ce qui se passe en France depuis 2018 , n’ est pas le fruit du hasard, et le mouvement des Gilets Jaunes n’a rien de spontané, ni de social . C’est un mouvement insurrectionnel né pour décrédibiliser Macron en créant le chaos en France. Il gêne énormément par ses prises de position pro Eu  et est vu comme le nouveau pilier de l’UE. Il faut donc le neutraliser et porter au pouvoir un allié qui réalisera le plan de Poutine. Sortir de l’UE, fragiliser l’UE qui s’effondrerait par effet domino si la France sortait.

Beaucoup de nos politiciens sont achetés, de Le Pen bien sûr en passant par Asselineau, Philippot ,  Zemmour, Dupont Aignan,  Mélenchon , etc ,tous pro Poutine.

C’est une large toile d’araignée tissée depuis longtemps patiemment, mais soyez certains que la cinquième colonne est déjà bien en place en France.

L’extrême gauche n’est pas en reste , il vous suffit de lire tous les discours de Mélenchon , violemment anti Américains, anti OTAN et de plus en plus anti EU. Poutine finance tous les politiciens qui peuvent  servir sa soupe .

J’ai plus souvent cité l’extrême droite car statistiquement, c’est ce parti qui a le plus de chances d’arriver au pouvoir et pour lesquels les preuves de collusion avec Poutine sont plus faciles à trouver.

Depuis 2018, j’ai alerté sur cette 5ème colonne Russe bien présente en France en expliquant qui manipulait les Gilets Jaunes ( devenus anti tout, anti Gvt, anti EU etc), pour mettre le chaos en France et amener au pouvoir un candidat inféodé à Poutine.

La finalité de cette manipulation de masse orchestrée par Poutine est de nous sortir de l’Union Européenne, et de l’OTAN ,c’est  la même manipulation qui a amené le Brexit, et ceux qui m’ont moquée en disant mais çà n’est pas comparable, se trompent lourdement, ce sont exactement les mêmes arguments à la virgule près, le même playbook utilisé , pour le même résultat final : ISOLER LA FRANCE en la sortant de l’UE, la faire devenir vulnérable et facile à écraser face à la Russie . L’erreur que commettent les journalistes Français et beaucoup d’entre vous, est de faire une “analyse” juste hexagonale , et de ne pas voir la grande image d’ensemble. Grossière erreur, grave erreur.

Je rappelle que le Rapport Russe émis diligenté par le MI5 faisait état d’une ingérence Russe mais que le gouvernement Tory a délibérément choisi d’ignorer l’avertissement (et pour cause, ils ont été arrosés copieusement à coups de livre sterlings par la Russie, les preuves ont éclaté depuis). Qui osera faire une enquête d’investigation en France pour prouver la même chose pour les politiciens servant, mot pour mot, la propagande de Poutine, contre l’OTAN (mensonges éhontés de Mélenchon par exemple dans le lien suivant , et qui est un condensé d’une intox sur l’OTAN que j’ai dénoncée via un article de EUvsDISINFORMATION)?

Face à une manipulation, il n’y a que l’information et la diffusion d’articles tels que celui ci pour lutter, car ne plus compter sur des médias achetés, de Bolloré à ceux de Kretinsky . Les seuls à réellement voir ce qui se passe en France en ce moment sont ceux de l’étranger, notamment au Royaume Uni, qui pour pour avoir été victimes de cette manipulation de masse , ont reconnu depuis longtemps les signes ici chez nous.

Murielle STENTZEL.

 

Intox de Mélenchon  : https://melenchon.fr/2021/11/28/chine-russie-lotan-provoque-lescalade/

 

Focus sur les « amis » russes de Jean-Luc Mélenchon

 

L’article de EUvsDISINFORMATION   que j’ai publié  : https://resistancextremismes.eu/tous-les-chemins-menent-a-lukraine-comment-la-russie-utilise-la-desinformation-pour-minimiser-ses-actions/

Les Fantassins de Poutine ou la guerre politique du Kremlin contre la France

Manipulation de masse orchestrée en Europe pour faire monter l’extrême droite

Le Rapport Russe et ingérence Russe en Europe pour détruire l’UE

Autre intox du Kremlin sur la souveraineté de la France et sur E. Macron

Murielle Stentzel . [ Traduction et commentaires].

https://www.americanprogress.org/issues/security/reports/2017/03/15/428074/russias-5th-column/

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
Le plus récent Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Aigle ROYAL
26 mars 2022 5h29

Assez d’accord avec cette analyse, mais, apparemment, aussi, il y en a d’autres qui jouent aussi dans l’échiquier lorsque l’on observe certains rapprochements et positionnements (il n’est, en effet, dès lors, pas impossible de voir certains liens entre Russie/Algérie/Monde musulman).

1
0
Nous aimerions connaître votre avis.x
()
x